Les premiers croisiéristes de l’année débarquent à Caraquet

CARAQUET – Le port de Caraquet a accueilli mardi les premiers croisiéristes de l’année qui ont débarqué du Yorktown.

Même si elle ne dure que quelques heures, l’escale a un réel impact économique.

«Les retombées économiques sont très intéressantes, cela représente environ 10 000 $ sur une seule journée», assure Réaldine Robichaud, la directrice de l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne (OTPA). 

Le chiffre englobe les frais facturés au navire de la compagnie Travel Dynamics Internation pour accoster, le transport d’une centaine de passagers jusqu’au Village Historique Acadien et la visite du site, sans oublier le magasinage à Caraquet et dans les environs.

«C’est profitable pour l’économie locale», estime Daniel Landry, le directeur du développement économique de la Ville de Caraquet. «Chaque passager laisse entre 70 $ et 80 $ dans l’économie de la place», poursuit-il en évoquant de mémoire une étude réalisée en 2010.

Avec un navire comme le Yorktown qui compte autour de 120 passagers, les retombées immédiates ne sont peut-être pas des plus importantes, mais «c’est le volume qui va faire la différence», espère Daniel Landry.

Il rappelle que le Yorktown, qui avait accosté seulement deux fois en 2012, doit revenir encore à trois autres reprises cette année à Caraquet, deux fois en septembre et une fois en octobre.

«C’est une belle visibilité pour nous autres», considère le directeur du développement économique de la Ville de Caraquet. Il mise aussi sur les retombées indirectes de la venue des croisiéristes américains. «Il y a toujours un certain pourcentage qui vient de la Nouvelle-Angleterre et qui va vouloir revenir par voie terrestre pour mieux voir ce que l’on a à offrir au niveau touristique», pense-t-il.

Et là, les retombées économiques sont encore plus importantes. Entre les repas, l’hébergement, l’essence, les activités et l’achat de souvenirs, chaque touriste laisse cette fois au moins 200 $ chaque jour dans l’économie locale. 

Avant de reprendre leur croisière vers Montréal via la Gaspésie mardi, les passagers du Yorktown ont mis le pied sur le quai de Caraquet vers 12 h 30 et devaient retourner sur le navire autour de 19 h. Pour l’occasion, les boutiques du Carrefour de la mer étaient bien évidemment ouvertes en ce début de saison touristique. 

Les passagers ne sont pas les seuls à descendre sur terre, c’est le cas aussi des membres d’équipage qui peuvent profiter de leur temps libre pour consommer localement et découvrir la ville de Caraquet.

Elle ne sera pas la seule à profiter des retombées économiques de l’industrie naissante des croisières dans la Péninsule acadienne. L’OTPA travaille à un nouveau forfait qui devrait permettre cet automne aux touristes américains de découvrir les îles de la Péninsule acadienne avec un passage au phare de Miscou.