Un Acadien dans la course à la mairie de Montréal

MONTRÉAL – Un ancien journaliste acadien originaire de Caraquet, Irois Léger, entend se présenter à la mairie de Montréal. Son objectif, relancer la métropole au plan économique et faire de celle-ci la ville la plus «cool» au monde. 

Citoyen montréalais depuis quelques années, Irois Léger est amoureux de sa ville d’adoption. Il en a toutefois marre de voir les scandales venir ternir, les uns après les autres, la réputation de sa métropole. Ancien journaliste (Radio-Canada, CHAU-TVA, RDI, LCN) œuvrant aujourd’hui dans le domaine des affaires avec une entreprise de webtv, il a décidé de faire le grand saut en postulant – rien de moins – pour le poste de maire.

Dans une vidéo mise en ligne cette semaine sur son réseau (montreal.tv), M. Léger soutient vouloir faire les choses différemment des autres candidats déclarés.

«J’ai les mains propres. Je ne dois rien à personne et personne ne me doit rien. Le timing est parfait, de laisser les vieux partis et la vieille politique derrière», affirme-t-il en guise d’introduction.

Son intention: gérer la Ville de façon plus efficace et vendre Montréal à l’international, question de raviver le secteur touristique et d’y ramener des entreprises. L’Acadie Nouvelle s’est entretenu jeudi avec le candidat acadien.

Président du conseil étudiant alors qu’il était au collège communautaire, joueur de hockey pour les Aigles Bleus et plus tard journaliste pour Radio-Canada Acadie, le nom d’Irois Léger n’est pas étranger au sein de la communauté acadienne, et ce, en dépit du fait qu’il ait quitté la province en 1996.

«Si ma candidature fait jaser en Acadie, elle commence également à faire pas mal jaser ici à Montréal», confie-t-il.

«La politique, c’est quelque chose qui me passionne énormément. Je viens d’ailleurs d’une famille passablement politisée, mon père ayant été conseiller municipal et même maire adjoint. J’ai donc baigné là-dedans très jeune, et me présenter a toujours fait partie de mon plan de carrière», explique le candidat.

La mairie de Montréal est malmenée par les temps qui courent. Ses derniers occupants – Gérald Tremblay et Michael Applebaum – ont démissionné dans la tourmente. Mais cela ne fait pas reculer l’Acadien pour autant.

«Les gens veulent plus que jamais du changement. Les citoyens sont tannés avec tout ce qui se passe et je crois qu’ils veulent du sang neuf. Ça me fait mal de voir ce qui se déroule en ce moment dans ma ville. Elle a un potentiel incroyable et on doit lui redonner son aspect séduisant et attirant d’autrefois. Les allégations de corruption et les scandales qui n’en finissent plus de surgir à l’hôtel de ville, ça, ce n’est pas sexy du tout. Ce n’est pas ça qui va convaincre des entreprises de venir s’établir ici ou le tourisme de venir faire un tour», indique-t-il.

Et il entend bien faire mentir ceux qui qualifient son saut dans l’arène politique de farfelu.

«J’ai fondé mon entreprise en 2004 et on disait que j’étais fou puisque je gagnais alors un très bon salaire et que j’avais une certaine notoriété. Mais je leur ai prouvé qu’ils avaient tort. Aujourd’hui, mes affaires vont très bien. Et ce sera la même chose ici avec ma candidature. Il faut y croire et mettre les efforts nécessaires», dit-il.

Loin d’être un désavantage, M. Léger croit d’ailleurs que son petit côté acadien pourrait lui être favorable.

«Les Acadiens sont reconnus pour être du bon monde. J’aime les gens et je ne me connais pas d’ennemis. Je crois que la population va apprendre très rapidement à me découvrir et va voir que ma candidature est très sérieuse, sinon la meilleure du lot», exprime-t-il.

Qu’à cela ne tienne, M. Léger sait qu’il a tout un défi à relever. Car non seulement doit-il se faire connaître du grand public montréalais, mais il doit aussi se forger une équipe (organisation et candidats) solide et prête à le suivre dans cette aventure. 

Il est possible de visionner la vidéo de M. Léger à l’adresse suivante:  http://montreal.tv/portail/video/4107/Irois-L%C3%A9ger-candidat-mairie-de-Montr%C3%A9al