Assurance-emploi: un appui de taille pour les travailleurs saisonniers

SAINT-SAUVEUR – La position adoptée par le Conseil de la Fédération en faveur du travail saisonnier est considérée comme un signe positif par Guy Lanteigne, l’auteur de la pétition contre la réforme de l’assurance-emploi qui a recueilli plus de 32 000 signatures.

Réunis la semaine dernière à Niagara-on-the-Lake, les premiers ministres des provinces et des territoires canadiens ont abordé la question de l’assurance-emploi. Ils ont insisté sur l’importance du programme pour «le maintien de la stabilité économique au cours des périodes de chômage temporaire», selon le communiqué officiel du Conseil de la Fédération.

Ils ont surtout mis en avant que l’assurance-emploi «doit pouvoir répondre aux contextes économiques spécifiques de toutes les régions du Canada, y compris à celui des industries saisonnières, et qu’il doit mieux répondre aux besoins des travailleurs».

Les changements apportés au programme depuis le début de l’année visent tout particulièrement les demandeurs réguliers, donc les travailleurs saisonniers, en les obligeant à accepter plus rapidement un emploi moins rémunérateur et plus éloigné de leur domicile.

«C’est la première fois que le Conseil de la Fédération demande à M. Harper d’inclure le travail saisonnier et lui demande aussi de tenir compte des réalités économiques de toutes les régions. Ça n’a jamais été fait auparavant», se félicite le militant contre la réforme de l’assurance-emploi.

«C’est un moyen de pression additionnel, ça ne peut pas faire de tort, ça démontre l’importance du dossier. Les premiers ministres mettent la pression sur Ottawa, le message devient de plus en plus clair.»

Il est bien conscient pour autant que rien n’oblige le premier ministre du Canada à écouter le message envoyé par le Conseil de la Fédération.

«M. Harper a avantage à capter le message à l’approche des élections fédérales, tous les gouvernements qui se sont attaqués à l’assurance-emploi ont été battus aux élections suivantes», rappelle Guy Lanteigne qui espère toujours un retrait pur et simple des nouvelles règles de l’assurance-emploi.