Région Chaleur: des poissons échoués par milliers

PETIT-ROCHER – Plusieurs milliers de poissons morts ont échoué sur les rives de la région Chaleur, dans la nuit de dimanche à lundi.

C’est un spectacle désolant que les promeneurs ont découvert, lundi, sur la côte. Des tas de petits poissons gisaient au bord de la mer.

L’ancien maire de Petit-Rocher, Pierre Godin, qui réside au bord de l’eau, qualifiait même la situation d’épouvantable.

«C’est arrivé dans le courant de la nuit (de dimanche à lundi). Je ne peux comprendre pourquoi il y a un tel désastre sur le bord de la mer. Je me pose la question à savoir s’ils ne se sauvent pas des maquereaux, parce qu’il y en a beaucoup en ce moment, et des bars rayés qui se promènent sur le bord de la mer», a soulevé Pierre Godin.

«S’ils étaient vivants, je les mettrais directement dans mon chaudron, mais malheureusement ils sont morts», a-t-il ajouté, avec son trait d’humour habituel.

Le bureau du ministère des Pêches et des Océans, à Moncton, a déterminé à partir des photos soumises par l’Acadie Nouvelle qu’il s’agissait de lançons, qu’on appelle aussi anguilles des sables.

Lundi après-midi, le ministère n’était toutefois pas en mesure d’expliquer les raisons ayant provoqué cette forte mortalité.

Dans un document sur cette espèce fourni par Pêches et Océans, on y apprend que le lançon fréquente les fonds sablonneux ou un peu graveleux des eaux côtières. Il se déplace sur de courtes distances entre les zones de repos et les aires d’alimentation. Il est aussi indiqué que le lançon évite les courants forts et se nourrit principalement le jour.

Hector Duguay, un citoyen de Beresford depuis plus de trois décennies, doute qu’il s’agisse d’un phénomène naturel.

«Si c’était naturel, j’aurais déjà vu ça puisque je fais régulièrement des marches au bord de l’eau. Je n’ai jamais vu autant de poissons morts d’un coup. Et je ne suis pas le seul. J’ai croisé des gens sur la plage à Beresford et eux aussi, c’était la première fois qu’ils voyaient ça. Pour moi, il y en avait des millions sur la plage et dans l’eau. C’était incroyable», a exprimé M. Duguay.

Les badauds avançaient plusieurs hypothèses, lundi. Certains évoquaient une corrélation avec la dernière journée de pêche du bar rayé, la veille. D’autres, le fait que la baie des Chaleurs avait vécu beaucoup de remous à cause des bateaux de recherche qui avaient sillonné le coin tout au long de la fin de semaine, pour retrouver le kayakiste de Pointe-Verte disparu en mer.