La fierté acadienne rayonne dans la Péninsule acadienne

TRACADIE-SHEILA – Question: Combien d’Acadiens faut-il pour célébrer fièrement le 15 août? Réponse: C’est une question piège, car tous les Acadiens rayonnent de fierté pendant la Fête nationale des Acadiens!

C’était encore le cas à Tracadie-Sheila où des milliers de personnes ont pris d’assaut la rue Principale pour participer au tintamarre et au défilé de voitures allégoriques. Difficile de connaître le nombre exact de participants cependant, car près de 100 personnes peuvent se trouver sur un même char allégorique, sans compter les milliers de personnes assises des deux côtés de la rue Principale, de Sheila jusqu’au centre-ville de Tracadie.

Arthur Austin, surintendant des travaux publics à la Ville de Tracadie-Sheila, comptait parmi les nombreux participants. Ensemble, lui et une équipe composée d’employés des travaux publics et du service des loisirs ont conçu l’une des voitures allégoriques les plus distinguées du tintamarre.

«Depuis que je suis enfant, nous avons toujours participé à 100 % dans toutes les fêtes acadiennes, donc pour moi c’était naturel», affirme-t-il.

Dans cette municipalité, les festivités de la journée ont débuté à 7 h avec un déjeuner au Marché Centre-Ville. La cérémonie de lever du drapeau a eu lieu vers 11 h 30 devant de nombreux dignitaires, dont le chef du NPD, Thomas Mulcair.

«L’Acadie n’a pas de frontières. Vous faites partie de l’histoire de ce grand pays et tout le monde devrait mieux connaître votre histoire», a-t-il déclaré devant la foule d’environ 200 personnes.

Il était notamment épaulé par le député néo-démocrate, Yvon Godin, qui a livré un discours parsemé de nationalisme.

«Nous sommes réunis pour fêter l’Acadie. Nous sommes les premiers francophones au Canada. Il ne faut pas oublier que notre 400e à nous, nous l’avons fêté quatre années avant le Québec! Alors mes cousins et cousines du Québec, ne vous fâchez pas, nous étions ici avant vous», a-t-il lancé à la blague.

En après-midi, les deux hommes politiques et leurs entourages se sont déplacés à Shippagan pour une cérémonie semblable devant l’Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick.

Le maire de Shippagan, Tilmon Mallet, a profité de l’occasion pour rendre hommage à Martin-J. Légère et au père Marc Haché, deux Acadiens qui sont décédés en 2013 et qui, selon lui, ont grandement contribué à l’épanouissement de la société acadienne.

«Tous les deux avaient une chose en commun. Ils adoraient la chanson de Michel Conte qui disait: Shippagan, c’est tout simplement l’Acadie.»

À Shippagan, la journée a pris fin avec un tintamarre sur «terre et mer» ainsi qu’un spectacle musical du groupe La Trappe à Homard Acadienne avec en première partie, LJC Band.

D’autres activités de moindre envergure, mais tout aussi festives ont eu lieu dans presque toutes les communautés de la Péninsule acadienne.