Bathurst: les poissons échoués avaient été contaminés par une toxine

BATHURST – L’Agence canadienne d’inspection des aliments a détecté la présence d’une toxine dans les poissons retrouvés morts au bord de l’eau, dans la région Chaleur, en août.

C’est à la demande du ministère des Pêches et des Océans Canada que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a procédé à des analyses sur les lançons qui avaient échoué sur les rives de la région de Bathurst vers la mi-août.

«Les analyses effectuées par l’ACIA avaient pour but de déterminer si cet événement pouvait être lié à un enjeu de salubrité alimentaire et non de déterminer la cause de la mort des poissons retrouvés sur la côte», a précisé Rachael Burdman, porte-parole de l’agence.

Les résultats ont révélé la présence de la phycotoxine paralysante, toutefois en faibles quantités. Cette substance toxique naturelle est produite par des algues. Une importante présence dans les mollusques peut provoquer des intoxications alimentaires chez les humains.

Mais dans le cas des lançons, l’ACIA ne lève pas le drapeau rouge, d’autant plus que ces petits poissons des sables ne font pas l’objet d’une pêche.

«Les résultats ont décelé un faible taux de phycotoxine paralysante, bien en dessous des limites conduisant à la fermeture d’une zone de pêche aux mollusques par le MPO (ministère des Pêches et des Océans) et n’ayant aucune incidence sur la salubrité alimentaire», a assuré la porte-parole de l’ACIA.

À la suite de ses propres analyses en laboratoire, Pêches et Océans avait écarté l’hypothèse d’une bactérie ou d’un virus qui expliquerait la mort de ces milliers de poissons découverts le long du littoral.

Le lançon fréquente les fonds sablonneux ou un peu graveleux des eaux côtières. Il est une proie pour la morue, le saumon et autres espèces commerciales. – BS