Tuberculose: le patient est un étudiant de l’U de M

MONCTON – L’Université de Moncton a annoncé, mardi soir, dans un communiqué de presse, que le patient atteint de tuberculose et hospitalisé au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont est membre de son corps étudiant.

La personne atteinte, qui souffre de tuberculose laryngée, une forme de tuberculose potentiellement très contagieuse, est inscrite à la Faculté d’administration.

Selon l’U de M, l’étudiant, dont le sexe n’a pas été précisé, a assisté à ses cours pendant la première semaine de classe avant d’être hospitalisée le 10 septembre.

«Les autorités médicales indiquent que son état s’améliore depuis le début du traitement et se font rassurantes quant aux risques de contagion», a souligné la direction de l’U de M.

L’université affirme collaborer pleinement avec le service de santé publique pour assurer le suivi nécessaire.

«Nous sommes à établir la liste de ceux et celles qui auraient potentiellement été en contact avec la personne affectée, dont des étudiantes et étudiants, des professeures et professeurs et certains membres du personnel. Au cours des prochains jours, des professionnelles de la santé se présenteront dans les cours auxquels aurait assisté l’étudiante ou l’étudiant durant la période de contamination possible afin de répondre aux questions qui pourraient surgir», peut-on lire dans le communiqué.

«Les autorités médicales sont certaines que seules les personnes qui ont eu des contacts étroits avec le ou la malade sont à risque d’avoir été infectées. En effet, il est fort possible que la plupart de ces

personnes n’aient pas besoin de dépistage, ni de suivi médical.»

Lundi, lors d’une conférence de presse, le Dr Gabriel Girouard, microbiologiste-infectiologue a tenu à rassurer la population, affirmant que selon les informations préliminaires disponibles sur les habitudes sociales du patient, l’hôpital juge que les risques de contamination sont jugés très faibles.

L’U de M ajoute que le service de la Santé publique avisera directement ceux et celles qu’ils estiment à risque.

Entre-temps, les personnes qui présentent des symptômes peuvent consulter un médecin.