Deux Canadiens emprisonnés en Égypte retrouvent la liberté

CAIRO, Égypte – Les deux Canadiens John Greyson et Tarek Loubani ont été libérés de prison dimanche matin, en Égypte, après avoir été détenus pendant sept semaines à la suite de leur arrestation pendant de violentes manifestations au Caire, à la mi-août.
Tarek Loubani est le fils d’un couple de pédiatres qui pratiquent à Bathurst. La clinique des deux médecins étaient d’ailleurs fermée depuis lundi dernier.
On ignore encore à quel moment le cinéaste et l’urgentologue doivent rentrer au Canada.
L’un de leurs amis, Justin Podur, avait écrit sur son compte Twitter samedi que les deux hommes attendaient de recevoir leur passeport et qu’ils réserveraient ensuite une place sur un vol à destination du Canada.
Leurs proches n’ont pu être joints dans l’immédiat, mais la soeur de John Greyson, Cecilia, a partagé son soulagement sur compte Twitter. Elle a remercié tous ceux qui avaient contribué à la libération de son frère et du docteur Loubani, ajoutant que cette année, Noël arrivait plus tôt pour sa famille.
Cecilia Greyson a aussi mentionné qu’ils se trouvaient dans un hôtel du Caire le temps de s’acclimater à ce retour à la normale.
Mme Greyson, qui a pris un avion pour Toronto dimanche matin, a déclaré à la chaîne de télévision locale CP24 qu’elle avait pu, samedi, parler à son frère pour la première fois en 50 jours et qu’elle était soulagée de constater qu’il avait conservé sa bonne santé et son moral (lire encadré).
Le ministère canadien des Affaires étrangères avait annoncé leur libération tard samedi.
De Kuala Lumpur en Malaisie, où il se trouvait en visite officielle, le premier ministre Stephen Harper avait dit souhaiter leur retour au pays le plus rapidement possible.
Lynne Yelich, ministre d’État aux Affaires étrangères et consulaires, a déclaré qu’elle et le ministre des Affaires étrangères John Baird avaient été en contact avec de hauts responsables égyptiens en de nombreuses occasions dans ce dossier, et que l’ambassade du Canada en Égypte avait travaillé sans relâche pour assurer la remise en liberté des deux Canadiens.
Le mois dernier, John Greyson, de Toronto, et Tarek Loubani, de London, avaient quitté le Canada pour la bande de Gaza et ne prévoyaient qu’un bref séjour dans la capitale égyptienne avant de poursuivre leur route.
Ils avaient, en août, publié un communiqué en prison dans lequel ils expliquaient être sortis de leur hôtel pour observer les manifestations violentes qui se déroulaient à proximité et affirmaient avoir vu au moins 50 morts. Le Dr Loubani s’était arrêté pour soigner des blessés tandis que M. Greyson avait filmé le carnage.

Une envolée ratée pour des raisons bureaucratiques

CAIRO, Égypte – Les Canadiens John Greyson et Tarek Loubani, libérés d’une prison en Égypte après avoir été détenus sans accusations depuis la mi-août, n’ont pas pu quitter le pays dimanche, ont confié des responsables de l’aéroport du Caire.
Les deux hommes s’apprêtaient à monter à bord d’un vol à destination de Francfort, en Allemagne, mais n’ont pas pu monter à bord de l’avion après que leurs noms ont apparu sur une liste d’interdiction publiée par des procureurs, disent les responsables.
Les deux hommes ont pu récupérer leurs bagages et étaient libres de quitter l’aéroport, ont ajouté les responsables, qui se sont exprimés sous le sceau de la confidentialité parce qu’ils n’étaient pas autorisés à informer les journalistes.
Contacté par courriel dimanche soir, John Babcock, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, n’a donné aucune information sur le sujet, citant des motifs relatifs à la vie privée.
La soeur de M. Greyson, Cecilia, a déclaré à l’Associated Press que des responsables consulaires canadiens étaient aux prises avec ce qu’elle a qualifié d’«embûches» bureaucratiques pour que les deux ex-détenus puissent entamer leur voyage de retour vers le Canada.
«Jusqu’à ce qu’ils soient rentrés sains et saufs au Canada, nous demeurerons un peu nerveux», a-t-elle déclaré. Nous avons été en contact avec eux tout au cours de la journée aujourd’hui (dimanche). Nous sommes soulagés qu’ils soient sortis de prison. Nous en sommes très encouragés.» – AP
«C’est une bonne surprise pour tout le monde»

MONCTON – La famille et les amis de John Greyson et Tarek Loubani sont ravis et soulagés que les deux hommes soient libérés d’une prison égyptienne après 50 jours d’incarcération.
Quand la famille et les amis de John Greyson et Tarek Loubani ont appris que les deux hommes passeraient 45 jours additionnels dans une prison égyptienne, lundi, leur moral a pris un dur coup. Il en a pris un autre quand ils ont lu le communiqué décrivant le traitement dégradant auquel les deux hommes étaient soumis.
Les parents du médecin Tarek Loubani, les docteurs Mahmoud et Sara Loubani, de Bathurst, ont même annulé tous les rendez-vous à leur cabinet la semaine dernière parce qu’ils étaient accablés par la détention de leur enfant.
C’est pourquoi les proches des deux hommes étaient sous le choc quand ils ont appris que les deux Canadiens ont été relâchés, ce week-end.
«Comme vous pouvez vous imaginer, nous sommes extrêmement heureux», a affirmé devant un groupe de journalistes Cecilia, la soeur de John Greyson, dimanche.
«Nous ne savions pas comment les choses se passeraient cette semaine, puis nous ne nous attendions pas à ce qu’ils soient libérés, hier soir, a-t-elle ajouté. Nous sommes ravis, c’est la seule façon de le décrire.»
Mme Greyson a reçu un appel téléphonique de son frère, samedi soir. Elle ne lui avait pas parlé depuis plus de 50 jours.
«J’étais incroyablement heureuse d’entendre sa voix, a-t-elle poussé. Il sonnait comme lui-même, il paraissait normal. Il a même fait quelques blagues. Je lui ai demandé s’il était en santé et il a dit oui. Ils ont fait une grève de la faim pendant deux semaines, puis il a dit qu’il ne ressentait pas d’effets secondaires.»
«Les deux hommes sont en santé et ils sont en sécurité, c’est très soulageant.»
Lors de sa conversation téléphonique avec sa soeur, John Greyson a dit que la libération a été aussi surprenante pour M. Loubani et lui qu’elle l’a été pour le reste des Canadiens.
«Il m’a dit que les gardes ont cogné à leur porte. Il pensait qu’on venait les transférer à une autre unité ou une autre prison. Mais soudainement, on les mettait en liberté. Ils étaient surpris eux aussi, c’était une bonne surprise pour tout le monde», a fait savoir Mme Greyson.
Les deux hommes sont toujours en Égypte. Une date n’a pas encore été établie pour leur retour au pays.
«On ne sait pas encore quand ils seront de retour, mentionne Mme Greyson. Ils passent quelques jours au Caire pour s’organiser avant de revenir. Nous espérons que ça sera plus tôt que tard.»
Au cours des 50 derniers jours, l’emprisonnement de John Greyson et Tarek Loubani a suscité une mobilisation de plusieurs Canadiens dans les réseaux sociaux.
Jeudi, le premier ministre Stephen Harper a affirmé que le gouvernement faisait «absolument tout ce qu’il peut» pour faire libérer les deux Canadiens, y compris des discussions entre les autorités égyptiennes.
Malgré de nombreuses tentatives, l’Acadie Nouvelle n’a pas été en mesure d’obtenir les commentaires de la famille Loubani. – JMD