PETA mène une campagne contre la cruauté envers les homards (AVEC VIDÉO)

MONCTON – L’association de défense des droits des animaux PETA dénonce les pratiques dans les usines de transformation et encourage le boycottage du homard. Leurs actions inquiètent l’industrie, qui lutte contre une baisse en valeur du homard depuis quelques années.

Ce week-end, la présidente de People for the Ethical Treatment of Animals (PETA), Ingrid E. Newkirk, a mené une manifestation contre la cruauté faite aux homards à l’extérieur du restaurant Linda Bean, à Freeport, au Maine. Une douzaine de représentants du regroupement y ont pris part, selon une publication locale.

L’organisme à but non lucratif dénonce, entre autres, la pratique d’une des usines de transformation de Linda Bean, à Rockland, qu’elle décrit comme cruelle et inhumaine.

PETA a récemment publié une vidéo dans laquelle on peut voir un employé de l’usine arracher les pattes et les queues des homards alors qu’ils sont vivants. Celles-ci sont cuites alors que «le reste de leur corps est lancé dans des conteneurs où on les laisse frémir en agonie», décrit-on sur le site Internet de l’association.

Les membres insistent sur le fait que des méthodes moins cruelles existent pour transformer le homard. Ils ajoutent toutefois que «la meilleure façon qu’on peut sauver ces animaux souvent mécompris d’une mort douloureuse est en arrêtant de les manger».

Le directeur général du Conseil canadien pour le homard, Selon Geoff Irvine, soutient que ces affirmations sont non fondés.

«Nous soutenons les réglementations en place au Canada, a-t-il affirmé. Je ne peux pas parler pour la situation du Maine, mais au Canada, les entreprises font beaucoup d’efforts pour s’assurer que le produit est tué de façon humaine et est en bon état jusqu’à ce point.»

«À la fin de la journée, il faut tuer un animal afin de le transformer. La clé, c’est de le faire aussi humainement que possible.»

La campagne de PETA cause néanmoins la crainte d’une baisse possible de la valeur du homard. Celle-ci a chuté au cours des dernières années à cause d’une augmentation de la population du homard et la diminution en valeur du dollar américain.

«C’est sûr qu’il y a toujours des peurs quand quelque chose comme ça arrive», mentionne M. Irvine.

Le directeur général du Conseil canadien pour le homard n’a pas nié que des usines de transformation arrachent les pattes et les queues des crustacés.

«Les usines s’assurent de refroidir le homard pour faire certain qu’il est dans un état relaxe. On adhère à toutes les règles, et le homard est dans un bon état avant que ça arrive.»

Les autorités gouvernementales responsables de la pêche au Maine dénoncent les actions de PETA.

«Les manifestations de PETA sont une autre tentative malavisée d’avancer leur agenda au détriment de l’industrie côtière la plus importante au Maine et l’économie qu’elle supporte» a affirmé Patrick Keliher, commissaire du département des Ressources marines du Maine, dans un communiqué.