Stephen Brunet: «Être dans l’opposition à l’échelle fédérale fait mal à Bathurst»

BATHURST – Le maire de Bathurst, Stephen Brunet, est contrarié que la circonscription d’Acadie-Bathurst soit dans l’opposition depuis tant d’années au fédéral.

Acadie-Bathurst est devenu le château fort du NPD depuis la première élection-surprise d’Yvon Godin en 1997, qui avait défait le ministre Doug Young.

Il a par la suite été réélu cinq autres fois, l’emportant par des marges plus importantes à chaque élection.

Mais le fait que cette circonscription soit depuis si longtemps dans l’opposition désole de plus en plus le maire de Bathurst, Stephen Brunet.

Le dernier événement en date qui a attisé sa déception est le fait que le gouvernement fédéral, à travers le fonds de 16,6 millions $ d’amélioration de l’infrastructure communautaire de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique, ait rejeté deux demandes de Bathurst contrairement aux projets des communautés de Saint-Quentin, Campbell­ton, Moncton, Riverview et Fredericton.

Une requête visait à un système de climatisation pour le Centre régional K.-C.-Irving d’une valeur de 120 000 $. L’autre, un entrepôt de 275 000 $ pour le Club de motoneige, ski de fond et le service des parcs de l’hôtel de ville.

Selon le premier élu de Bathurst, le fait de ne pas être du côté du gouvernement nuit au développement de la région.

«Je regarde ce qui se passe à Miramichi, Campbellton, Saint-Jean, où il y a des députés du gouvernement et ça me dérange. Yvon Godin est un bon gars, mais il est dans l’opposition. Il est très bruyant lorsqu’il se lève au Parlement. Après un certain temps, à force d’avoir quelqu’un qui vous répète continuellement que vous agissez mal, vous arrêtez d’être écouté. Quand vous demandez de l’argent pour la région que vous représentez, vous devez le faire aux mêmes personnes que vous condamnez pour une raison ou une autre», soulève Stephen Brunet.

«Je me demande donc si je dois aller à son bureau (Yvon Godin) ou directement au cabinet du ministre en question. La dernière fois que je suis allé à un rendez-vous organisé par M. Godin, le ministre qui était là (John Baird) nous a à peine parlé. Cela fait 10 ans que je suis maire et être dans l’opposition à l’échelle fédérale fait mal à Bathurst de mon point de vue», assène-t-il, ajoutant que le député Godin devrait peut-être traverser la Chambre pour joindre un autre parti.

Le député qui compte six mandats se défend en disant que les citoyens l’ont élu démocratiquement.

Il fait remarquer qu’il représentait la région lorsque Bathurst a eu des subventions pour la promenade Waterfront, que c’est lui qui a fait du lobbying pour obtenir 1,9 million $ en 2010 pour la piste de l’aéroport après des rencontres avec le ministre des Transports de l’époque, en plus de prendre la défense des employés de Service Canada dernièrement pour éviter des compressions d’heures.

«C’est comme s’il disait que la population d’ici ne sait pas ce qu’elle fait. Je pourrais aussi dire qu’il (le maire Brunet) a mal fait dans l’est de Bathurst en donnant un permis pour la démolition du moulin de papier et nous sommes pris avec des ruines comme si nous étions en Irak. Ce n’est pas juste aller voir les ministres à Ottawa. Il y a du travail qui se fait dans les bureaux, auprès de la population. Je suis jugé par la population, si on croit encore à la démocratie», réplique Yvon Godin.

«Selon ce que dit le maire, il faudrait regarder les sondages et s’ils sont en faveur d’un parti, tout le monde doit voter de ce bord-là. Comme ancien professeur, le maire devrait reconnaître l’importance de la démocratie», a-t-il lancé.

Le député Godin s’étonne quelque peu que le maire ne s’offusque pas que Bathurst soit dans l’opposition au gouvernement provincial.