Discours du Trône: Harper veut forcer l’équilibre budgétaire

OTTAWA – Non seulement le gouvernement fédéral fait-il le voeu du retour à l’équilibre budgétaire en 2015, mais il compte s’assurer que les gouvernements futurs ne puissent écrire leur budget à l’encre rouge quand l’économie va bien.

Dans son discours du Trône lu par le gouverneur général David Johnston, mercredi en fin d’après-midi, le gouvernement conservateur a dressé une liste de priorités pour les deux prochaines années de son mandat.

Il compte notamment déposer un projet de loi sur l’équilibre budgétaire.

«Celui-ci exigera l’adoption de budgets équilibrés en temps normal et fixera un calendrier précis pour le retour à l’équilibre budgétaire en cas de crise économique», a signalé M. Johnston, en lisant le texte préparé par le gouvernement de Stephen Harper.

Le fédéral entend par ailleurs geler son budget de fonctionnement, changer la façon dont il gère ses dépenses et serrer encore la vis aux fonctionnaires.

Promesses

Le fédéral assure par ailleurs qu’il «mènera bientôt à terme» les longues négociations qu’il avait entreprises pour un accord commercial avec l’Union européenne.

«Cet accord pourrait créer 80 000 nouveaux emplois canadiens.»

Il confirme aussi une série de mesures pour protéger les consommateurs, comme la réduction des frais d’itinérance sur les réseaux de téléphonie sans fil et la possibilité de choisir un forfait à la carte pour les clients de la télévision par câble et satellite.

Sur le plan de la sécurité publique, un thème cher au premier ministre, Ottawa s’engage à offrir de nouveaux outils aux policiers et procureurs pour lutter contre la cyberintimidation.

«Notre mesure érigera en infraction criminelle la distribution non consensuelle d’images intimes», précise-t-on.

Le gouvernement compte également modifier la loi pour «qu’une sentence à vie soit bel et bien un emprisonnement à vie».

Du côté environnemental, les troupes conservatrices veulent continuer d’exploiter les ressources naturelles du pays, car «cette occasion d’adhérer à de nouveaux marchés ne sera pas éternelle».

Elles comptent toutefois enchâsser dans la loi le principe de pollueur-payeur et établir des normes de sécurité plus élevées pour les compagnies pétrolières.

Enfin, dans la foulée des scandales qui ont secoué le Sénat au cours de la dernière année, le gouvernement réitère que la Chambre haute doit subir une réforme ou être éliminée, bien qu’Ottawa attende que la Cour suprême du Canada se soit penchée sur le dossier avant d’y travailler.

Il veut également modifier les lois électorales pour «assurer l’intégrité du système de vote».