Gaz de schiste: Elsipogtog déterminé à poursuivre sa lutte

ELSIPOGTOG – La communauté micmaque d’Elsipogtog s’est rassemblée, dimanche, afin de planifier ses démarches dans la lutte contre le gaz de schiste.

Le chef d’Elsipogtog, Aaron Sock, et le grand chef de l’Assemblée des Premières Nations du Manitoba, Derek Nepinak, ont organisé cette réunion, qui s’est déroulée devant environ 250 personnes.

Vers 15 h, les membres de la presse ont été invités à entrer dans la salle. Après une série de cérémonies sacrées, la porte-parole du grand chef Nepinak a annoncé que les discours des chefs se feraient à huis clos.

«Le chef et son peuple vont faire un compte rendu des événements de Rexton, ensemble, puis décider comment ils veulent procéder, a dit Sheila North Wilson, la directrice des communications de l’Assemblée des Premières Nations du Manitoba. Il y a plusieurs facteurs à considérer, comme l’injonction et l’avenir du site de campement à Rexton, entre autres. Ils veulent faire ça en privé, au moins aussi privé que possible.»

Lundi matin, un point de presse doit avoir lieu avec M. Nepinak et M. Sock.

En présence des journalistes, des individus ont monté sur l’estrade à tour de rôle pour parler à la foule. Certains ont parlé de leur expérience durant la crise de jeudi. D’autres ont partagé la fierté qu’ils ont de faire partie du mouvement de la lutte contre le gaz de schiste. La plupart ont incité les autres à poursuivre les démarches et à être solidaires.

«Nos ancêtres ont toujours fait ceci. Nous apportons les tambours et notre musique pour qu’elle soit partagée avec tous les peuples, qu’ils soient anglophones, acadiens, chinois, africains, et pas seulement les Autochtones», a lancé un des intervenants.

«J’ai une fille de neuf ans, puis je suis ici pour la représenter, a déclaré un autre. Elle m’a dit qu’elle a vu le chef Aaron se faire bousculé par les policiers. Elle a pleuré. Elle m’a demandé pourquoi des gens touchent notre chef, pourquoi des gens font mal à notre leader.»

Quand il a ajouté simplement que le «chef Aaron a résisté pour son peuple», la foule s’est levée pour une longue et chaleureuse ovation.

Sur le site de la crise de jeudi, à Rexton, plusieurs tentes et tipis sont toujours érigés. Plusieurs dizaines de manifestants sont toujours sur les lieux.