Disparition de Geneviève Cormier: une récompense de 10 000 $ est offerte

SAINT-JEAN – Dans le but de faire avancer l’enquête entourant la disparition de Geneviève Cormier, une récompense de
10 000 $ est désormais offerte à quiconque permettrait de retrouver la jeune femme disparue mystérieusement à Saint-Jean le 29 septembre.

L’annonce a été faite mercredi midi au Centre communautaire Carleton, qui abrite depuis peu le quartier général du comité de recherche composé de membres de la famille et de proches de Geneviève Cormier, âgée de 19 ans.

La contribution financière apportée par cinq différents syndicats locaux a permis d’amasser la somme qui sera offerte sous forme de récompense.

En conférence de presse, le sergent Jay Henderson, du Service de police de Saint-Jean, n’hésite pas à qualifier la disparition de la Saint-Jeannoise d’unique.

«Nous n’avons pas de scène de crime et aucune preuve matérielle. La ville de Saint-Jean a une grande superficie, l’implication de la population et la réponse de la communauté rendent le cas vraiment unique. Je n’ai jamais rien vu de pareil dans ma carrière», a affirmé ce dernier en entrevue.

D’importantes recherches ont été menées depuis la disparition de Geneviève Cormier, qui a été vue pour une dernière fois en fin d’après-midi le dimanche 29 septembre, alors qu’elle marchait dans le stationnement arrière d’un restaurant situé près des Chutes réversibles.

Depuis, tout a été mis en oeuvre afin de la retrouver. Malgré la présence de nombreux bénévoles et policiers qui ont ratissé depuis quelques semaines toute la portion ouest de la ville de Saint-Jean, l’implication de la Garde côtière canadienne, l’utilisation d’hélicoptères, de caméras infrarouges et de l’unité canine du Service de police de Saint-Jean, il n’y a nulle trace de la disparue, qui demeure introuvable à ce jour.

Malgré l’implication du constable Tony Gilbert et de l’inspecteur Cy Thompson, de la division des enquêtes criminelles, on refuse d’affirmer qu’un acte criminel pourrait être à l’origine de la disparition de Geneviève Cormier.

«Rien pour l’instant ne laisse croire à un acte criminel, il s’agit encore d’une situation impliquant une personne qui est disparue», a tenu à préciser le sergent Henderson.

«Nous avons reçu à ce jour au-delà de 225 informations provenant du public, ce qui est énorme dans les circonstances, et une importante équipe de policiers continue d’étudier toutes ces informations, mais nous invitons la population à continuer à fournir des indices majeurs qui pourraient ainsi faire progresser l’enquête», a ajouté ce dernier.

Questionné par l’Acadie Nouvelle à savoir si la récompense visait principalement à faire en sorte que des personnes bien au fait de la disparition brisent le silence, le sergent Jay Henderson n’écarte aucune possibilité.

«Nous espérons que Geneviève Cormier est vivante et se porte bien, et que quelqu’un, quelque part aurait des choses à dire à ce sujet. Peut-être que Mme Cormier elle-même pourrait se manifester», a-t-il lancé dans un ultime appel.

Jason Cormier, le père de la jeune disparue, n’a pas hésité à répondre aux nombreuses questions des journalistes et à faire le point au sujet de la disparition de sa fille.

«C’est certainement difficile à vivre, frustrant de ne pas savoir où elle se trouve. Geneviève était au cœur du noyau familial, j’espère tout simplement un dénouement heureux à cette histoire», a-t-il affirmé avec aplomb, alors que le reste de la famille Cormier, main dans la main, et quelques proches peinaient à contenir leurs émotions.