Une campagne électorale corsée dans la Péninsule acadienne

TRACADIE-SHEILA – La campagne électorale se corse dans les DSL autour de Tracadie-Sheila, qui doivent voter le 2 décembre pour approuver ou non le projet de regroupement municipal. Les partisans du oui ont dénoncé vendredi matin le vandalisme dont auraient fait l’objet deux de leurs pancartes.

Le coordonnateur de la campagne d’Ensemble vers l’avenir, Weldon McLaughlin, a déposé vendredi matin une plainte auprès de la Gendarmerie royale du Canada à Tracadie-Sheila. «Ce qu’on déplore, c’est qu’il y a déjà eu de l’intimidation, mais maintenant on en arrive à du vandalisme, c’est quelque chose qui doit être dénoncé», s’indigne-t-il.

Les deux pancartes vandalisées l’auraient été dans la nuit de jeudi à vendredi et se trouvent à Saint-Pons et à Leech. Dans le cas de celle de Saint-Pons, les deux hommes qui l’ont installée assurent avoir été pris à partie jeudi par deux individus.

«Ils sont venus nous dire que nous n’avions rien à faire là, qu’on était sur leur territoire», témoignent Réginald Haché et Geoffrey Saunier.

«Les deux hommes sont venus les rabrouer et les intimider alors qu’ils venaient de finir d’installer la pancarte avec l’accord de la propriétaire du terrain. Durant la nuit, quelqu’un est venu la détruire», poursuit Weldon McLaughlin, qui est convaincu que les deux événements sont liés.

Des événements qui ne sont malheureusement pas isolés. «Avant même le début de la campagne, il y a eu de l’intimidation sur les réseaux sociaux», assure Weldon McLaughlin.

Les résidants de 18 DSL du sud de la Péninsule acadienne doivent en fait voter le 2 décembre pour dire s’ils sont d’accord ou non pour se regrouper dans une nouvelle municipalité.

Si le oui l’emporte, la Ville de Tracadie-Sheila sera dissoute pour constituer avec le regroupement des DSL la première municipalité régionale du Nouveau-Brunswick. Une municipalité qui compterait dès lors près de 16 000 personnes.