Un moment émouvant pour les survivantes du cancer du sein

MONCTON – «C’est une belle journée pour nous», a lancé Julie-Anne Thébeau-Robichaud, une survivante du cancer du sein.

Elle a tenu ces propos vendredi matin après que le ministre des Transports et de l’Infrastructure, Claude Williams, a officialisé le début des travaux de construction du nouveau Centre de santé du sein intégré au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

Le ministre Claude Williams a annoncé le début des travaux pour le Centre de santé du sein à Moncton vendredi. - acadie Nouvelle: Patrick Lacelle
Le ministre Claude Williams a annoncé le début des travaux pour le Centre de santé du sein à Moncton vendredi. – acadie Nouvelle: Patrick Lacelle

Les travaux qui transformeront l’ancienne chaufferie du centre hospitalier en un centre spécialisé de pointe dans le dépistage et le traitement du cancer du sein ont été entamés il y a deux semaines.

La compagnie Bird Construction, de Saint-Jean, a obtenu le contrat de 4,5 millions $. Le centre de 7400 pieds carrés devrait ouvrir ses portes à l’automne 2014.

Un autre contrat sera attribué le mois prochain pour la démolition de l’ancienne école Vanier, qui se trouve sur le terrain de l’hôpital.

Mme Thébeau-Robichaud et la présidente du comité des femmes survivantes du cancer du sein et amies, Fernande Cantin, luttent depuis plusieurs années afin d’obtenir ce centre. Les deux femmes ont perdu des amies, fauchées par le cancer du sein.

Elles sont heureuses de ne pas avoir lâché prise.

«Oui, c’est émouvant, j’ai perdu de bonnes amies», a confié Mme Cantin.

«Une de mes grandes amies qui est venue me chercher dans mon bureau à l’université m’a toujours dit de ne pas lâcher et son dernier mot, quand je la veillais, c’était ça. Elle m’a dit, Fernande, il ne faut pas lâcher. C’est ça qui m’a motivée et qui me motive encore à poursuivre», témoigne-t-elle.

Selon elles, les nouvelles installations procureront de l’équipement nécessaire aux spécialistes et réduiront les temps d’attente des femmes qui souffrent de cette maladie.

«Les temps d’attente s’allongent, les locaux sont insuffisants et il manque de salles d’examens pour voir plus de patientes. Ce centre va tout changer dans les services qu’il sera possible de donner aux femmes. Ça va sûrement diminuer les temps d’attente. C’est une belle journée pour nous», a déclaré Mme Thébeau-Robichaud.

C’est aussi la position de la chirurgienne Jocelyne Hébert, qui demande un tel centre depuis des années.

«Je suis très soulagée. Il y a beaucoup de travail qui a été fait depuis 10 ans pour réaliser ce projet et, finalement, il est entamé. On se l’était fait promettre à maintes reprises, mais maintenant c’est du concret», a confié la chirurgienne.

Dans un contexte de compressions budgétaires dans les hôpitaux de la province, le ministre Williams croit que l’intégration du Centre de santé du sein au centre d’oncologie de l’hôpital est une façon économique de livrer un service qui procurera de meilleurs soins aux patientes tout en améliorant le taux de survie à la maladie.

«Tout le monde va gagner. On aurait pu construire un autre édifice en ville, mais ça n’aurait pas été aussi fonctionnel. Les membres du personnel médical ont été consultés et se sont entendus pour dire qu’il s’agit de la meilleure solution pour livrer le service tout en tenant compte de notre réalité financière», a-t-il avancé.

L’ANCIENNE ÉCOLE VANIER SERA DÉTRUITE EN NOVEMBRE

MONCTON – L’ancienne école Vanier, qui se trouve sur le terrain du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, sera détruite.

Le contrat pour la démolition du bâtiment sera attribué en novembre 2013, a annoncé le ministre des Transports et de l’Infrastructure, Claude Williams, vendredi.

Sans cet édifice sur le site du centre hospitalier, il sera possible de procéder à l’agrandissement des services chirurgicaux et d’ajouter des aires de stationnement pour les visiteurs et le personnel.

Les employés qui travaillent dans l’ancienne école intégreront des bureaux à l’intérieur de l’hôpital.

La planification pour l’ajout d’un nouveau bloc opératoire à l’extrémité nord de l’hôpital est également en cours. Le budget de capital 2013-2014 comprend une somme de 1 million $ pour développer les exigences du programme et lancer la planification architecturale et la conception pour sa construction. – PaL