Un Acadien sauve de justesse un homme pris dans son camion en feu

ALDOUANE – Un camionneur de l’Aldouane, Paul Fournier, a mis sa vie en danger pour sauver un homme prisonnier d’un camion enflammé, dans le fossé d’une route, en Ontario.

Paul Fournier conduisait sur une route près de Nipigon, au nord de Thunder Bay, en Ontario, dimanche matin, quand il a aperçu un camion en flammes dans un fossé.

Il a arrêté son propre camion sur le bord de la route pour examiner la scène. Quand il a entendu les cris d’un homme, prisonnier à l’intérieur, l’instinct l’a poussé à descendre près du camion.

«Je criais après l’homme. Je lui disais “sors de là, trouve un trou pour sortir”. L’homme était désorienté, il criait “help!” et “where am I?” à tue-tête. Je voyais les flammes monter et j’avais peur qu’il brûle dans le camion. J’ai mis ma vie en danger en m’approchant, j’avais peur que ça explose», a fait savoir M. Fournier.

«J’ai continué à crier, mais je ne le voyais pas, a-t-il poursuivi. Je ne voulais pas m’avancer trop proche non plus à cause du feu. J’étais sûr qu’il mourrait dans ce camion-là. Je l’entendais pousser des cris de mort.»

En écoutant la voix de M. Fournier, l’homme a fini par trouver un moyen de sortir du camion avant que les flammes l’atteignent.

Le camionneur de l’Aldouane a ensuite aidé la victime à retourner au bord de la route. À peine s’étaient-ils sortis du fossé que la flamme a pris de l’ampleur et a dévoré le camion.

«Si on n’avait pas été là, il mourait dans son camion, a lancé l’Acadien. Aussitôt que je l’ai monté en haut de la butte, l’essence s’est enflammée et ç’a commencé à monter. Ç’a assez pris vite, le feu. Une question de six minutes, il n’y restait plus rien.»

«Il était essoufflé, le pauvre monsieur, a-t-il ajouté. Il a tout perdu, son camion, son cellulaire et son portefeuille.»

La cause de l’accident n’est pas encore connue de façon officielle, mais Paul Fournier pense que l’homme se serait endormi au volant.

«Juste avant l’accident, on était arrêté depuis quelques heures, car le chemin était barré, a expliqué le camionneur. Il a dû s’endormir en attendant. Quand le chemin a ouvert soudainement, il s’est dépêché de reprendre la route. Pour moi, il n’était pas tout à fait éveillé et il s’est rendormi. Il y avait un virage et il a continué tout droit.»

Peu de temps après l’incident, les policiers sont arrivés sur la scène. Lundi, M. Fournier a tenté d’obtenir des renseignements sur la santé de la victime de l’accident, mais en vain.