La délégation du Sud-Est et de l’Î.-P.-É. est la seule à vouloir accueillir le CMA 2019

MONCTON – La délégation du sud-est du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard est la seule en lice pour devenir l’hôtesse du Congrès mondial acadien 2019. Les deux autres régions intéressées, soit Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, et la Mauricie, au Québec, se désistent et annulent leur candidature.

La délégation du sud-est du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard est la seule à avoir respecté la date limite du 25 octobre pour la remise des formulaires de candidature pour le Congrès mondial acadien 2019.

Des porte-parole des deux autres régions qui avaient démontré un intérêt en mai, soit Yarmouth et la Mauricie, ont confirmé qu’elles annulent leur candidature pour le CMA 2019. 

Robert Thibault, le porte-parole des côtes acadiennes de la Nouvelle-Écosse et Yarmouth, a expliqué que le tour de sa province pour un deuxième Congrès mondial acadien n’est pas encore venu. Le troisième Congrès mondial acadien, en 2004, avait eu lieu au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

«Il y a d’autres communautés qui devraient l’avoir avant que ça revienne ici. Lorsque le temps sera propice, on posera une candidature sérieuse. Je ne pense pas que la communauté est prête pour ça tout de suite», a dit M. Thibault.

Son groupe ne ferme pas pour autant la porte à la possibilité d’une candidature pour le CMA 2024.

Pour leur part, les responsables de la candidature du Centre-du-Québec et de la Mauricie affirment qu’ils seront en lice en 2024.

«Nous ne renonçons pas à recevoir le Congrès mondial acadien, mais nous changeons simplement d’échéance», affirme-t-on dans un communiqué signé par Jeanne d’Arc Hébert, la présidente de la Société acadienne Port-Royal.

«Nous désirons prendre les cinq prochaines années pour monter un dossier de candidature qui sera représentatif d’une volonté de partenariat entre toutes les régions porteuses de l’histoire et de la réalité acadienne du Québec», ajoute-t-on.

Le responsable de la candidature du Sud-Est et de l’Île-du-Prince-Édouard, Marc Chouinard, a affirmé que son groupe ne tient rien pour acquis. Les documents de candidature de sa région ont été préparés en présumant qu’il y aurait une compétition.

«On a préparé une candidature très forte et bien organisée, nous apprend-il. Ça fait 30 mois qu’on travaille là-dessus. On a eu plus de 20 réunions et des rencontres de consultation. On prend ça très au sérieux et on ne tient rien pour acquis.»

L’organisme responsable de choisir les régions hôtesses des congrès mondiaux acadiens, la Société nationale de l’Acadie (SNA), n’a pas répondu à une demande d’entrevue de l’Acadie Nouvelle mardi.

En mai, la SNA avait affirmé que la région hôtesse du CMA 2019 serait dévoilée en juin 2014, lors de l’assemblée générale annuelle de la SNA.

Le Congrès mondial acadien a lieu tous les cinq ans. Le prochain, en 2014, aura lieu dans l’Acadie des terres et des forêts, c’est-à-dire dans les régions du nord-ouest du Nouveau-Brunswick, de Témiscouata, au Québec, et d’Aroostook, au Maine.