Gaz de schiste: mobilisation devant l’Assemblée législative

FREDERICTON – Des opposants au gaz de schiste ont manifesté devant l’Assemblée législative, mardi, à l’occasion de la reprise des travaux parlementaires.  

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant l’Assemblée législative afin de faire valoir leur point de vue, mardi avant-midi. Leurs slogans ne laissaient pas de doute quant à leur opinion sur le gaz de schiste.

«Interdisez la fracturation» et «Hé! Hé! Ho! Ho! La fracturation hydraulique doit partir», ont-elles scandé en marchant près de l’entrée principale et dans le quartier.

Les opposants ont ensuite pris la direction du campement autochtone situé à quelques mètres de là, afin d’écouter des discours. Ce campement a été installé le mois dernier par des communautés malécites afin de s’opposer au développement de l’industrie gazière dans la province.

John Levi, un membre de la communauté micmaque d’Elsipogtog, a dit participer à cette manifestation afin de démontrer combien les Autochtones de partout dans la province font front commun contre le gaz de schiste.

«Nous voulons juste montrer au premier ministre que nous sommes unis. Il n’y a pas qu’Elsipogtog qui se préoccupe de ce qui se passe au Nouveau-Brunswick, nos frères malécites de la région de Fredericton aussi. Nous sommes unis et nous ne voulons pas de la fracturation hydraulique», a-t-il dit à l’Acadie Nouvelle.

De nombreux Acadiens et anglophones étaient aussi sur place en compagnie des Autochtones. La comédienne et activiste antigaz de schiste de Memramcook, Patricia Léger, était du nombre.

«Le gaz non conventionnel, c’est quelque chose de nouveau que l’on doit prendre le temps d’étudier. On doit arrêter. Je veux montrer la solidarité avec les autres communautés qui se sentent de la même manière», a affirmé cette militante, qui est l’une des porte-paroles de l’Alliance contre le gaz de schiste.

La présidente du Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick, Stephanie Coburn, a aussi participé à cette journée de manifestation. Elle a dit avoir sorti sa pancarte et ses bottes d’hiver pour défendre l’eau et l’air.

«Nous sommes en faveur de l’eau et de l’air propres. Nous manifestons afin de protéger les ressources naturelles que nous avons au Nouveau-Brunswick. David Alward a dit qu’il voulait exploiter les ressources naturelles de la province pour le bien de la population, mais il semble oublier que l’eau est l’une de nos ressources naturelles les plus importantes.»

D’autres, comme le militant anti-schiste de la région de Kent, Dennis Kelly, étaient là pour défendre les animaux. «Je suis ici pour dire non à la fracturation hydraulique, parce que cette technique d’extraction va affecter les animaux. Quelqu’un doit protéger les animaux et je suis exaspéré que le gouvernement ne le fasse pas.»