La Grande Maison de Caraquet sera bientôt démolie

CARAQUET – La Grande Maison, un bâtiment historique situé en plein coeur de Caraquet, ne sera bientôt plus qu’un vieux souvenir.

Lundi soir, le conseil municipal de Caraquet a accepté de retirer cet édifice historique, construit vers 1900 par la famille Young, de la liste des bâtiments patrimoniaux à la suite d’une recommandation du comité de sauvegarde du patrimoine de Caraquet, ce qui donne le feu vert à sa démolition.

L’Acadie Nouvelle n’a pu joindre le propriétaire actuel, Roland Rioux, mais une visite des lieux, au 28, boulevard Saint-Pierre Ouest, permet de constater que la maison requiert d’importantes rénovations.

Le sort de la Grande Maison désole Louise Blanchard et son frère, Michel Vital Blanchard, qui ont fait partie d’un groupe de jeunes entrepreneurs qui avaient ouvert une coopérative d’artistes dans le bâtiment au début des années 1980.

La maison a aussi servi de quartier général au Parti acadien lors des élections provinciales de 1978. La formation politique avait obtenu ses meilleurs résultats de son histoire avec 12 % des voix dans les circonscriptions du nord de la province.

«C’est un lieu où il y a eu une vie culturelle, politique et artistique assez intense», raconte Louise Blanchard, qui a également été la dernière présidente du Parti acadien.

Durant les années de la coopérative culturelle, la Grande Maison est devenue un lieu prisé par les artistes et les fêtards où toutes les catégories sociales se côtoyaient.

«C’était un restaurant, un centre culturel, on présentait des spectacles et des pièces de théâtre. Le 15 août, tous les politiciens venaient faire leur tour. C’était une place qui était assez hot», se souvient Louise Blanchard.

Michel Vital Blanchard croit que le délaissement progressif de la maison est le symbole «d’une société qui est capable de ne rien faire d’autre, à part de l’asphalte et des stationnements».

«Je pense que l’Acadie est en train de perdre ses symboles. Les églises, on n’est plus capables de les entretenir. Tout ce qu’on a fait pendant les derniers 100 ans, on est en train de le perdre. La Grande Maison était d’abord le symbole du pouvoir politique, parce qu’elle avait été construite par les Anglais sur la plus haute butte de la ville.»

La crise économique des années 1930 a obligé les propriétaires originaux à s’en départir et la maison a été vendue à un entrepreneur d’origine polonaise qui a construit un cinéma tout près. Elle a par la suite été vendue à un dénommé Robichaud et celui-ci l’a vendue à un Belge, qui l’a vendue au groupe qui comprenait les Blanchard.

«La Grande Maison a tellement accumulé de choses depuis 100 ans que s’il y a bien une maison patrimoniale à Caraquet, c’est bien celle-là. Il y a tout eu là-dedans, des familles, des Anglais, des Polonais, des Belges, des Acadiens, de la politique, de la culture, des histoires, de la vie et c’est une belle maison d’architecture victorienne parfaitement équilibrée», soutient Michel Vital Blanchard.

Au cours des dernières années, la Grande Maison a abrité un bar et un restaurant, mais ils ont depuis fermé ses portes.