Vaste consultation téléphonique sur le vieillissement et les soins de santé

FREDERICTON – Dans le prolongement du Sommet sur les soins et le vieillissement en santé, qui s’est tenu voilà un an, l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB) organise les 6 et 7 novembre une vaste consultation publique par le biais d’une conférence téléphonique.

«C’est une autre étape dans le processus de planification des changements pour les soins de longue durée», précise son président, Jean-Eudes Savoie. Plusieurs centaines de personnes pourront participer aux deux conférences téléphoniques, en anglais le 6 novembre et en français le 7 novembre.

La première étape s’était déroulée l’an dernier à Fredericton lors du Sommet sur les soins et le vieillissement en santé Innovons ensemble. Organisé par AFSNB, il avait rassemblé plus de 300 participants venant des milieux associatif, hospitalier et gouvernemental pour échanger sur les réponses à apporter au vieillissement de la population.

Dans cette conférence téléphonique, après les interventions de la ministre du Développement social, Madeleine Dubé, et d’autres professionnels du secteur, les participants pourront ensuite échanger entre eux. Par groupe de cinq ou six personnes, ils partageront leurs réflexions sur les modifications à apporter dans la prise en charge des personnes vieillissantes.

«Toutes les discussions seront enregistrées pour nous permettre par la suite d’analyser les commentaires et les suggestions», explique Jean-Eudes Savoie. La finalité de l’opération est de préparer un plan d’action qui vise à améliorer la qualité de vie des aînés et leur permettre de rester autonomes le plus longtemps possible.

Il s’agit en somme de retarder le plus possible l’entrée en foyer de soins en tenant compte de la situation particulière du Nouveau-Brunswick.

«On sait que le vieillissement est plus accéléré au N.-B. qu’ailleurs au pays, nos personnes vieillissantes restent aussi plus longtemps dans un foyer de soins que dans les autres provinces», détaille Jean-Eudes Savoie.

«Ce qu’on veut ultimement, c’est s’assurer que les personnes vieillissantes peuvent demeurer le plus longtemps possible dans leur résidence ou leur appartement», poursuit-il. Pour parvenir à un tel résultat, une véritable coordination des différentes ressources et des différents services est indispensable.

«Quand les personnes âgées ne peuvent plus rester chez elles en raison de l’alimentation, du contrôle des médicaments, leur santé va se dégrader rapidement. Il est possible de donner du support à ces personnes tant qu’elles sont chez elles pour s’assurer qu’elles s’alimentent bien, que les médicaments sont pris de façon correcte. L’objectif est de maintenir leur autonomie le plus longtemps possible.»

L’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick n’entend pas imposer un modèle unique comme l’explique son président.

«On veut laisser à chaque communauté l’opportunité de s’impliquer. Chaque communauté devra éventuellement développer son propre modèle. On ne veut pas développer un modèle unique qui serait semblable pour toutes les communautés, les besoins et les ressources disponibles ne sont pas partout les mêmes.»

UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE

FREDERICTON – Pour parvenir à une consultation publique la plus large possible, mais à moindres frais, l’AFSNB aura recours à la technologie de Maestro-conférence. Elle permet d’accueillir 10 000 personnes dans une seule et même conférence téléphonique. Si tout le monde peut y participer, il faut d’abord se faire connaître pour obtenir un numéro d’identification. Pour vous inscrire, vous pouvez contacter l’AFSNB au 460-6262 ou aller sur Internet (www.communitiesconnecting-unirlescommunautes.ca). La conférence téléphonique aura lieu de 19 h à 20 h 30. – PiL