Des centaines de retraités manifestent à Fredericton

FREDERICTON – Des centaines d’opposants à la réforme des régimes publics de retraites manifestent leur colère devant l’Assemblée législative.

«Pourquoi aujourd’hui les personnes âgées doivent-elles payer pour la mauvaise gestion d’hier? Pourquoi doivent-elles être pénalisées pour les erreurs des autres?», a lancé Neslon Michaud devant des centaines de retraités du secteur public rassemblés à Fredericton.

S’il est bon de juger une société sur la façon dont elle traite ses aînés, «alors l’action du gouvernement actuel ne dit pas grand-chose en sa faveur», s’est exclamé l’homme de Campbellton à la retraite depuis 19 ans.

La récente concession faite aux retraités des services publics par le ministre des Finances n’a strictement rien changé à l’animosité des opposants. Le ministre Blaine Higgs a expliqué récemment dans une lettre envoyée aux bénéficiaires de la Loi sur la pension de retraite dans les services publics qu’il était prêt à modifier le régime de retraite à risques partagés afin de garantir le montant de base de leurs prestations mensuelles. Une baisse de ces prestations, bien que très peu probable, était possible dans le modèle proposé jusqu’ici.

Selon la présidente de Pension Coalition NB, le groupe d’opposition qui a orchestré la manifestation à Fredericton, le ministre des Finances n’a tout simplement pas le pouvoir de garantir quoi que ce soit s’il adopte le régime à risques partagés.

«Le nouveau régime sera confié à un administrateur et ne sera plus garanti par le gouvernement. (Le ministre Higgs) peut offrir les garanties qu’il veut, c’est l’administrateur qui aura le pouvoir de réduire nos prestations de base. Ne vous laissez surtout pas berner», a déclaré à la foule la présidente de la coalition, Bonny Hoyt-Hallett.

Les travailleurs ont tout autant à perdre que les retraités, a-t-elle assuré.

«C’est aussi une bataille pour les travailleurs actifs parce qu’ils sont grandement désavantagés (par la réforme) et ils n’ont pas de voix. Ils n’ont personne qui parle pour eux. On doit les écouter», a-t-elle dit.

Pension Coalition NB demande au gouvernement de recommencer la réforme des retraites depuis le début.

«Nous voulons que s’arrête le processus du régime à risques partagés. Nous voulons un nouveau processus avec autour de la table les retraités, les employés syndiqués et non syndiqués et tous ceux qui sont touchés par la réforme», a exigé Mme Hoyt-Hallett.

Les retraités du secteur public doivent être à l’abri de la réforme et des fluctuations de leurs prestations, a-t-elle réclamé.

Le chef de l’opposition officiel, Brian Gallant, a promis de mener la bataille en Chambre pour les retraités.

«Nous sommes derrière vous. Nous voulons vous aider de notre mieux et nous allons voter contre la réforme. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour aider votre cause», a promis M. Gallant aux manifestants.

Le leader du Parti libéral n’aura cependant pas recours aux mesures d’obstruction proposées par le NPD pour prolonger le plus longtemps possible le débat en Chambre. Les libéraux vont plutôt poser «plusieurs questions assez pointues» pour avoir le plus d’informations possible sur la réforme, a précisé Brian Gallant.

Le chef du NPD, Dominic Cardy, a promis quant à lui aux manifestants qu’un gouvernement néo-démocrate déposerait une clause de maintien des droits acquis pour permettre à ceux qui sont déjà à la retraite de profiter du «régime pour lequel vous avez travaillé, pour lequel vous avez payé et servi notre province. Nous n’oublierons jamais ça».

Le chef du Parti vert, David Coon, a enjoint aux retraités de contacter personnellement les députés progressistes-conservateurs pour les convaincre de voter contre la réforme de leur gouvernement.

Le député indépendant Jim Parrot et le leader adjoint de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Wes Gullison, ont également offert leur soutien aux retraités.

 

Higgs assure qu’il ne fera pas marche arrière

FREDERICTON – Y a-t-il la moindre chance que le gouvernement fasse marche arrière dans le dossier de la réforme des régimes publics de retraite? «Absolument pas», répond le ministre Higgs.
Blaine Higgs a fait cette déclaration quelques minutes après le ralliement de centaines retraités du secteur public, mardi, à Fredericton.

«Ne rien faire n’est pas une option. Nous n’assurerons pas la pérennité du régime de retraite en ne faisant rien. Nous sommes engagés envers sa survie pour les retraités, les employés actuels et les futurs employés. Nous devons aller de l’avant», a-t-il confié aux journalistes.

Le fonds de retraite de la fonction publique est aux prises avec un manque à gagner de 1 milliard $, d’après Fredericton. Le modèle à risques partagés doit éviter au gouvernement de verser périodiquement des millions de dollars dans le fonds pour le renflouer.

Le ministre des Finances s’est dit déçu de voir six mois de négociations avec le groupe Pension Coalition NB s’envoler en fumée.

«Nous avons apporté des changements importants. Nous ne pouvons rien faire de plus», a-t-il dit. Selon lui, l’opposition des retraités «est plus une question émotionnelle que rationnelle».

«Vos bénéfices sont protégés et vos prestations annuelles ne baisseront jamais en deçà de leur niveau actuel. Le plan va suivre l’inflation et la hausse du coût de la vie. C’est un chemin très sécuritaire vers l’avenir et nous le gardons», a affirmé le M. Higgs.

La Société de gestion des placements du Nouveau-Brunswick continuera à être responsable d’investir l’argent des fonds de retraite du secteur public, a-t-il indiqué.

Les progressistes-conservateurs ont l’intention de déposer les modifications à la Loi sur la pension de retraite dans les services publics au cours de la session. Ces changements doivent d’ailleurs ouvrir «la voie à l’adoption par les parlementaires d’un modèle à risque partagé pour leurs pensions», pouvait-on lire dans le discours du Trône de mardi.

Le projet de loi ne doit pas toucher au régime de retraite des enseignants qui est géré par une autre loi. Le gouvernement a cependant déjà indiqué son intention de convertir également le régime des enseignants selon le modèle à risques partagés en temps et lieu.

Au final, 33 000 retraités pourraient être touchés selon Pension Coalition NB. Le groupe a l’intention de déposer une poursuite contre le gouvernement dès que le projet de loi sera déposé. – MRC