Dans les coulisses d’une chanson…

MONCTON – Derrière chaque chanson, il y a une histoire… De l’Acadie, du Québec et de la France, quatre auteurs-compositeurs-interprètes ont ouvert les portes de leurs univers créatifs en toute simplicité, sur la scène du Théâtre Capitol mercredi soir.

Sous le signe de l’humour, de l’échange et de la confidence, le cercle SOCAN a réuni deux artistes acadiens à la feuille de route bien garnie, soit Michel Thériault et Joseph Edgar, et deux grandes dames de la chanson, Diane Tell et France D’Amour.

Près de 400 spectateurs ont assisté à ce spectacle d’ouverture de la 17e FrancoFête. Pas de grand décor, ni d’effets spéciaux, seulement des guitares et des voix; le cercle d’auteurs-compositeurs permet de revenir aux sources des chansons telles qu’elles ont été composées.

L’animatrice Monique Poirier a demandé d’abord aux artistes d’interpréter une chanson de leur répertoire qui les décrit le mieux aujourd’hui. Diane Tell a interprété, Une, la chanson-titre de son album paru au printemps, qu’elle a composée avec Serge Fortin.

«J’aime bien ça parler sur scène, ça me plaît, ce genre de formule. Aujourd’hui, ce que j’aime le plus, c’est de composer et d’écrire avec des gens et c’est le cas tout à fait exemplaire de cette chanson», a déclaré Diane Tell qui en était à sa première participation à un cercle d’auteurs-compositeurs, comme France D’Amour d’ailleurs.

Le chanteur pop moutarde à l’humour piquant a osé défier la règle en interprétant un petit blues Rose-Marie, une chanson qui ne le décrit pas vraiment, a-t-il admis. France D’Amour a quant à elle fait sa déclaration d’amour à la musique en interprétant Coeur acoustique au ukulélé.

«C’est une nouvelle chanson et j’ai l’impression que je vais la chanter jusqu’à la fin de mes jours. Pour moi, la musique est ma langue maternelle, elle est universelle», a confié l’artiste à la chevelure de feu.

Qu’est-ce qui fait une bonne chanson? a soulevé Monique Poirier en demandant aux artistes de chanter la chanson dont ils sont les plus fiers.

«Je m’assois rarement avec l’idée que je vais écrire une toune. Même si je veux écrire des chansons heureuses, il n’y en a pas trop qui sont sorties et pourtant je suis heureux dans la vie», a exprimé Joseph Edgar qui a choisi une nouvelle pièce de son cru, Alors voilà, qui se trouve à être la première de sa nouvelle vague d’écriture, en prévision de son prochain album qui paraîtra en janvier 2014.