Discours du Trône: des mesures accueillies avec optimisme

MONCTON – De nombreuses mesures ont été annoncées lors de la lecture du discours du Trône, mardi, à l’Assemblée législative. L’Acadie Nouvelle est allé à la rencontre d’organisations touchées par certaines d’entre elles.

Immigration francophone:

Le gouvernement a annoncé qu’il élaborera prochainement un plan d’action ciblé sur l’immigration francophone. Il avait fait la même chose dans le discours du Trône de l’année dernière, sans livrer la marchandise.

«C’est très important. Dans la dernière initiative (la dernière stratégie de croissance démographique du gouvernement provincial date de 2008), l’immigration francophone n’était pas une priorité. L’immigration francophone était nommée, mais elle n’était pas une priorité.»

– Jeanne d’Arc Gaudet, présidente de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB)

 

Égalité entre les femmes et les hommes

Dans le discours du Trône, l’administration Alward annonce le lancement, au début de 2014, d’une «initiative pangouvernementale» afin d’utiliser des «analyses comparatives entre les sexes dans les processus d’élaboration et de prise de décisions liés aux programmes et aux politiques du gouvernement». En gros, cela lui permettra de gouverner en songeant davantage à l’impact de ses décisions sur l’égalité entre les hommes et les femmes.

«Nous accueillons cette nouvelle favorablement, parce que l’analyse comparative entre les sexes peut permettre au gouvernement de faire en sorte que toutes ses politiques ont un impact équitable sur les femmes et sur les hommes. Cela fait près de cinq ans que nous demandons au gouvernement d’adopter une telle mesure.»

– Sarah LeBlanc, directrice générale du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB)

 

Règlements: une entrée, une sortie

Dans le discours, le gouvernement se félicite d’avoir collaboré avec les ministères pour «réduire de 20 % le nombre de leurs règlements». Il a aussi annoncé l’instauration, au début de 2014, d’un nouveau système de gestion de la réglementation qui fera en sorte que «l’imposition de nouvelles obligations réglementaires sera compensée par l’abolition de règlements existants».

«Toute démarche du gouvernement pour alléger la réglementation est bonne, selon nous. Nous travaillons avec le gouvernement pour identifier les occasions de réduire la réglementation afin d’encourager les entreprises à créer des emplois.»

– Richard Dunn, analyste principal des politiques pour le Nouveau-Brunswick à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)

 

Aide financière aux étudiants

«Votre gouvernement prévoit annoncer d’ici peu un programme remanié d’aide financière aux étudiants», apprend-on dans le discours du Trône.

«Il est difficile de commenter, alors que je n’ai pas les détails de ce programme, mais j’ai vraiment hâte de voir. Selon nous si cela règle le problème de l’endettement, c’est bien. Mais j’ai rencontré Jody Carr (le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail) l’autre jour et je lui ai dit que l’accès à certains programmes est tellement restrictif que c’est comme si le gouvernement disait “nous allons avoir ce beau programme, mais nous allons nous assurer qu’il n’y a que 5 % des étudiants qui y ont accès parce que nous n’avons pas beaucoup d’argent”. Je lui ai dit carrément “je ne veux pas voir ça dans votre nouveau programme parce que si c’est le cas, nous allons le critiquer.”»

– Kevin Arseneau, président de la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM)

 

Groupe de travail sur le statut de l’artiste

Le gouvernement a profité du discours du Trône pour s’engager à créer un groupe de travail du premier ministre sur le statut de l’artiste, qui «formulera des recommandations qui permettront d’améliorer la situation socioéconomique des artistes professionnels».

«Pour nous, l’annonce d’hier (de mardi) revêt une importance capitale parce que le travail qu’il y a à faire est énorme. Pour nous, il était important que le gouvernement fasse cette annonce pour ensuite procéder à la création du comité. Je peux vous dire que nous avons confiance que le comité va être mis sur pied prochainement et que nous allons pouvoir commencer à travailler là-dessus. Ce n’est pas quelque chose qui se fait dans une semaine ou deux, c’est complexe.»

– Philippe Beaulieu, président de l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB)