Le taux de chômage diminue au Nouveau-Brunswick

MONCTON – Le taux de chômage a diminué de 0,6 % en octobre au Nouveau-Brunswick, pour atteindre 10,1 %, soit 1,5 % de moins qu’à pareille date l’année dernière. C’est ce que rapporte Statistique Canada dans un rapport mensuel publié vendredi.

De septembre à octobre, la province a gagné 2400 emplois à temps plein, mais en a perdu 4900 à temps partiel. La population active, soit le nombre de personnes qui travaillent ou qui se cherchent du boulot, a diminué de 5100.

En septembre dernier, le Nouveau-Brunswick se trouvait à l’avant-dernier rang des provinces canadiennes en matière de taux de chômage. Il a grimpé d’un rang en octobre en dépassant Terre-Neuve-et-Labrador, dont le taux est passé à 11 %, en hausse de 0,6 %. Le Nouveau-Brunswick occupe maintenant le 8e rang sur 10.

Le taux de chômage dans l’ensemble des provinces canadiennes (les territoires ne comptent pas dans ce calcul) était de 6,9 % en octobre.

13 200 emplois de plus au pays

Au pays, le taux de chômage s’est maintenu à 6,9 pour cent en octobre au Canada.

Selon Statistique Canada, l’économie canadienne a généré 13 200 emplois de plus le mois dernier.

Au Québec, l’emploi a progressé, la province comptant 34 100 emplois de plus. Le taux de chômage s’y est toutefois établi à 7,5 pour cent, comparativement à 7,6 pour cent en septembre, en raison de l’augmentation du nombre de personnes au sein de la population active. Comparé à un an plus tôt, l’emploi au Québec n’a pas beaucoup varié.

L’Ontario a connu une baisse de 14 700 emplois. Le taux de chômage y a augmenté de 0,1 point de pourcentage pour se situer à 7,4 pour cent.

Le nombre de personnes travaillant dans les services d’hébergement et de restauration, dans les soins de santé et l’assistance sociale ainsi que dans les administrations publiques a augmenté au Canada. En revanche, l’emploi a diminué dans les services aux entreprises, les services relatifs aux bâtiments et les autres services de soutien.

Le nombre d’employés du secteur public a augmenté, alors que le nombre d’employés du secteur privé et le nombre de travailleurs autonomes ont peu varié, d’après l’agence fédérale.