Les contribuables néo-brunswickois devront débourser plus en 2014

FREDERICTON – Les contribuables du Nouveau-Brunswick entreprennent l’année 2014 en étant un peu moins riches qu’ils ne l’étaient en 2013.

C’est ce qui ressort principalement du rapport annuel New Years Taxes Changes qu’a publié lundi la Fédération canadienne des contribuables, un groupe de défense des citoyens voué principalement à la réduction des impôts et à la lutte au gaspillage.

Ainsi, selon l’organisme, un Néo-Bruns­wickois gagnant annuellement 45 000 $ paiera 145 $ de plus en taxe au cours de la nouvelle année, alors que quelqu’un qui gagne 60 000 $ paiera quant à lui 400 $ de plus en taxe en 2014.

«Une plus grande partie du chèque de paye des travailleurs va être versé sous forme d’impôts, même si le salaire net peine actuellement à répondre à l’augmentation des coûts de l’essence et des autres besoins essentiels», a déclaré Kevin Lacey, directeur de la Fédération canadienne des contribuables en Atlantique.

L’organisme souligne dans son rapport que, malgré les augmentations d’impôts, la dette de la province continue de croître, que ses revenus sont plus faibles que prévu et le taux de chômage demeure élevé.

«L’habitude du gouvernement de mettre sur ​​le dos des contribuables qui travaillent tous les problèmes économiques n’a fait qu’aggraver les difficultés financières du Nouveau-Brunswick», a ajouté Kevin Lacey.

Pour ce dernier, les augmentations d’impôts dans la province contribuent à rendre le Nouveau-Brunswick moins compétitif par rapport au reste du Canada.

Pour étayer ses propos, la Fédération canadienne des contribuables affirme qu’un Néo-Brunswickois gagnant annuellement 60 000 $ et vivant à Fort McMurray paie 1700 $ de moins d’impôt qu’un même salarié vivant à Saint-Jean.

«Les travailleurs quittent le Nouveau-Brunswick pour l’Alberta, où le taux d’imposition est moins élevé. Comment pouvons-nous bâtir une économie forte au Nouveau-Brunswick si nous ne pouvons pas compter sur nos travailleurs?», a tenu à préciser Kevin Lacey.

Ce dernier appréhende également le fait que les Néo-Brunswickois auront désormais à débourser un peu plus pour régler la facture d’électricité.

Après un gel en 2010 des tarifs d’électricité, Énergie NB a augmenté les taux des tarifs de 2 % le 1er octobre dernier.

Une autre augmentation, celle-là de l’ordre de 2 % sera effective en octobre 2014.

La Fédération canadienne des contribuables souligne également que les travailleurs canadiens devront contribuer davantage aux régimes d’assurance-emploi et de pension du Canada au cours de l’année 2014.

Malgré tout, le gouvernement fédéral s’attend à récolter 4,2 milliards $ de plus en cotisations d’assurance-emploi en 2014 que ce qu’ils paient en prestations. «Pour chaque dollar versé en prestations d’assurance-emploi, le gouvernement dépense 11 cents en frais d’administration», a fait remarquer Gregory Thomas, directeur général de l’organisme.

HAUSSE DES PRESTATIONS DU RPC

Les taux des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) et de la Sécurité de la vieillesse (SV) ont augmenté, mercredi.

Les prestations du RPC sont en hausse de 0,9 %. La montant de retraite maximale passera ainsi de 1012,50 $ à 1038,33 $ par mois.

Quant aux prestations de la Sécurité de la vieillesse, qui comprennent la pension de base, le Supplément de revenu garanti et les allocations, elle augmentent de 0,1 %.

Le montant maximal de la pension de base passera de 550,99 $ à 551,54 $ par mois.

En 2012-2013, plus de 40 milliards $ ont été versés à 5,2 millions de personnes dans le cadre de ce programme.