Le homard canadien aura bientôt son image de marque

MONCTON – Le Conseil canadien du homard veut donner une nouvelle image au crustacé canadien. Le groupe espère ainsi aider l’industrie à développer de nouveaux marchés internationaux.

La nouvelle identité du homard canadien sera élaborée autour de «sa qualité supérieure, son goût délicieux et sa disponibilité à longueur d’année», affirme le Conseil canadien du homard.

Le groupe veut aider l’industrie du homard à augmenter la valeur du crustacé. Depuis des années, sa valeur n’a fait que diminuer.

Souvent considéré comme un produit de luxe, le homard est moins en demande depuis la crise économique de 2008. De plus, une augmentation généralisée des prises a fait chuter la demande.

La chute de valeur pèse sur les épaules des pêcheurs de homard. En 2013, les pêcheurs du comté de Kent ont reçu 2,50 $ la livre pour le homard de conserve (canner) et 3 $ la livre pour le homard commercialisable (market).

En 2007, ils recevaient entre 4,25 $ et 4,75 $ pour leurs prises. Ces prix étaient considérés comme bas comparativement aux années précédentes. L’Acadie Nouvelle rapportait que les homardiers n’étaient pas satisfaits.

Le Conseil canadien du homard veut inverser la tendance en rendant le homard plus attrayant sur le marché mondial.

À l’heure actuelle, l’industrie fait la promotion du homard par région, ce qui serait une erreur selon le Conseil. Il affirme que les exportations connaîtraient plus de succès en utilisant une «marque canadienne».

«Une marque nationale va souligner les forces du homard canadien, y compris les eaux côtières où il est pêché, les milliers de pêcheurs inspirants et leurs familles, ainsi que la valeur que le homard canadien a sur le marché mondial», a affirmé Geoff Irvine, le directeur général du Conseil canadien du homard.

Des membres de l’industrie des quatre Provinces atlantiques et d’Ottawa travailleront sur le projet avec l’agence de construction de marques, Revolve Branding. Ce groupe canadien a, entre autres, obtenu un contrat de la Ville de Halifax pour concevoir une nouvelle image de la municipalité.

Les représentants néo-brunswickois seront: Adrienne Grosweiner, du ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, Melanie Sonnenburg, du Grand Manan Fishermen’s Association et Marie France Thibodeau, de Gourmet Chef Packers.

La campagne de marketing est l’une des 33 recommandations dans le rapport du groupe d’experts sur la pêche au homard, publié en novembre.

Ce comité, créé par les trois Provinces maritimes en mai 2013, suggère aussi la mise en oeuvre d’un mécanisme d’établissement de prix présaison et la création d’un institut indépendant sur le marché du homard.