Saint-Quentin revoit son contrat avec la GRC

SAINT-QUENTIN – La Ville de Saint-Quentin a annulé son contrat direct avec la Gendarmerie royale du Canada, optant plutôt pour le contrat parapluie municipal-provincial.

Ce changement permettra à la Ville de réduire le coût de son service de protection de 28 %. Par ricochet, cette économie substantielle fait en sorte que le conseil municipal est en mesure de conserver le même taux d’imposition foncier qu’en 2013, soit 1,40 $. Il s’agit d’ailleurs de la troisième année que le conseil réussit à maintenir le taux à ce niveau.

En 2013, Saint-Quentin a déboursé 414 000 $ pour son service de protection, ce qui représentait 18 % de son budget total de fonctionnement. Avec le nouveau contrat, la Ville paiera 298 500 $ – donc 115 000 $ de moins – ce qui équivaut à 13 % du budget.

Selon la mairesse par intérim de Saint-Quentin, Nicole Somers, le changement de contrat de la GRC ne devrait avoir que peu d’impact sur les citoyens. «La plus grande différence c’est que la GRC ne fera plus respecter nos arrêtés municipaux. Ça ne devrait pas constituer un problème majeur puisque nous n’en avons pas des tonnes. Nos arrêtés ne représentaient d’ailleurs pas une charge de travail énorme pour les policiers. Le changement ne diminuera pas non plus la présence dans notre secteur. Ils vont simplement offrir un peu moins de service», explique la mairesse, disant voir dans cette décision un gain beaucoup plus qu’une perte.

«C’était devenu très difficile à budgéter. Les coûts en tant que tels étaient devenus exorbitants. En 2013 par exemple, ça nous a coûté près de 40 000 $ de plus que ce que nous avions prévu. Avec le contrat parapluie, ça va réduire notre facture», note-t-elle.

Pour ce qui est du budget, il se chiffre à 2 337 870 $, en hausse de 2,4 % comparativement à l’année précédente. L’assiette fiscale de la municipalité, stimulée par un accroissement de 3 % des mises en chantier, a aussi augmenté, s’établissant désormais à 119 568 750 $ (environ quatre millions de plus que l’année précédente).

Les citoyens constateront toutefois une hausse de 15 $ de leur compte de taxe d’eau et d’égout, le tarif étant fixé à 390 $ pour un budget de 597 230 $. Avec cet argent, la Ville veut se créer un fonds de réserve en prévision de projets de changement de tuyauterie puisque celle-ci commence à prendre de l’âge. «On va également devoir effectuer des travaux majeurs sur notre cours d’eau, car on veut s’assurer de satisfaire les normes provinciales, ce qui n’est pas le cas actuellement, notamment en ce qui concerne nos rejets», mentionne Mme Somers, prenant soin d’ajouter que la qualité de l’eau de la municipalité n’est pas en cause.

Sinon, 2014 sera une année passablement occupée pour Saint-Quentin, une année festive marquée – entre autres – par la tenue du Congrès mondial acadien et des Jeux des aînés du Nouveau-Brunswick. «Nous serons très occupés à recevoir cet été. On s’attend à accueillir beaucoup de visites. On a même envoyé une invitation à nos compatriotes de Saint-Quentin en France pour qu’ils viennent célébrer avec nous. Ce sera donc une année très intéressante», souligne Mme Somers.