Marijuana médicinale: un producteur s’intéresse à une usine d’Atholville

ATHOLVILLE – Atholville est tombée dans l’œil d’un producteur autorisé de marijuana médicinale qui se cherche un endroit où démarrer une plantation à grande échelle.

La municipalité d’Atholville tente de convaincre la compagnie Zenabis de venir s’installer dans son parc industriel afin d’y faire pousser du cannabis.

La semaine dernière, des représentants de cette compagnie se sont déplacés à Atholville en compagnie du député fédéral Bernard Valcourt afin de présenter les grandes lignes du projet aux autres maires de la région.

Absent de cette rencontre, le maire d’Atholville, Michel Soucy, est néanmoins bien au fait du dossier. S’il est conscient que le sujet fait déjà beaucoup parler de lui, le maire n’en démord pas: c’est un projet avec beaucoup de potentiel pour le Restigouche.

«Notre but principal, c’est avant tout de créer de l’emploi pour la région. Nous avons un énorme bâtiment vacant dans notre parc industriel ainsi que beaucoup de travailleurs qui se cherchent un emploi. Ce projet pourrait répondre à ces besoins. Je vois ceci comme étant quelque chose de très positif pour notre région et je ne suis définitivement pas le seul», indique-t-il, notant que cela pourrait potentiellement créer plus de 200 emplois.

«La région a besoin d’emplois et je trouve qu’un projet comme celui-ci est excellent. On ne parle pas d’un petit producteur amateur qui va faire pousser de l’herbe dans un champ, mais d’une compagnie sérieuse qui est autorisée par le gouvernement. C’est quelque chose qui est très encadré. La marijuana qui serait produite là ne serait pas destinée au marché de la rue, mais bien aux gens qui ont un problème de santé», explique le maire.

C’est d’ailleurs la compagnie Zenabis qui a approché au départ le Village.

«Ils ont appris que nous avions une usine – Atlantique Yarn – de 400 000 pieds carrés qui est inutilisée et qui répondait à leur critère. Ils nous ont rencontrés (le conseil) afin de voir quelle était notre perception face à un tel projet, comment la région verrait l’implantation d’une usine de production de marijuana médicinale dans leur cour, si cela avait des chances de bien passer dans la communauté. Pour notre part, on n’a absolument rien contre. Au contraire, on trouve cela vraiment intéressant.»

«C’est une opportunité unique non seulement pour Atholville, mais aussi pour l’ensemble de la région. On parle d’emplois bien rémunérés. C’est exactement ce qu’il nous faut pour garder nos gens ici et même faire en sorte d’en faire revenir d’autres», indique le maire, avouant au passage qu’il ne tournerait pas le dos aux revenus fonciers que rapporterait l’implantation d’une telle usine.

Les règles entourant la marijuana médicinale sont appelées à changer au cours des prochains mois. Pour le moment, les consommateurs peuvent acheter leur produit d’un détaillant autorisé ou encore obtenir une autorisation pour faire pousser eux-mêmes les quantités requises. Toutefois, l’aspect de la production des particuliers sera bientôt aboli, faisant en sorte que la demande risque d’augmenter considérablement auprès des producteurs autorisés.