La doyenne du N.-B., Flora Thibodeau, n’est plus

MIRAMICHI – La doyenne des Canadiens et du Nouveau-Brunswick est décédée mercredi à l’Hôpital de Miramichi. Flora Thibodeau, de Rogersville, était âgée de 112 ans et 10 mois.

Ironie du sort, Mme Thibodeau s’est éteinte le jour même où son nom était mentionné dans le Winnipeg Free Press. Dans un article consacré à la nouvelle doyenne manitobaine, il est mentionné que l’Acadienne est la Canadienne la plus âgée.

Mme Thibodeau n’était toutefois pas la personne vivant au Canada la plus âgée. Ce titre revient à Merle Barwis, une femme de la Colombie-Britannique qui a vu le jour aux États-Unis. Mme Barwis est âgée de 113 ans et 29 jours.

Selon différentes sources, au moment du décès de Mme Thibodeau, seulement 16 personnes sur la planète – dont la date de naissance peut être confirmée – étaient plus âgées.

Mère de sept enfants, Mme Thibodeau a travaillé comme enseignante et aurait été la première femme à gérer une caisse populaire au N.-B.

Le 20 mars 2013, l’Acadie Nouvelle avait assisté au 112e anniversaire de la «super centenaire» qui, à l’âge de 105 ans, faisait encore elle-même ses propres courses.

Elle avait alors confié au journal qu’elle ne faisait plus la cuisine elle-même et qu’elle pouvait compter sur un groupe de personnes qui veillait sur elle en permanence.

«Je ne fais pas grand-chose, c’est pour ça que je suis en santé. Je ne fais rien, je suis tout le temps au repos, assise sur ma chaise», avait-elle lancé.

L’idée d’être la doyenne de l’Acadie n’avait à ce moment pas effleuré Flora Thibodeau qui savourait l’existence une journée à la fois, sans songer au temps qui passe et encore moins à son record de longévité.

«Je ne pense pas à mon âge. Tant que je pourrai parler et que j’aurai ma lucidité, je ne veux rien de plus que ça», a-t-elle confié.

Le décès de la reine de la longévité n’est pas passé inaperçu. Même le premier ministre du N.-B., David Alward, a exprimé ses condoléances à la famille.

«J’ai eu le grand privilège de rencontrer Mme Thibodeau à plusieurs reprises, a indiqué M. Alward dans un communiqué. Je chérirai toujours les occasions que j’ai eues de converser avec elle et d’apprendre sur sa famille, sa vie et ses points de vue toujours très pertinents.»

La porte de Mme Thibodeau était toujours ouverte. Son sourire, son esprit vif, et sa personnalité attachante ont toujours su réchauffer le cœur de ceux et celles qui ont eu le plaisir d’être accueillis chez elle, à Rogersville. Elle nous laisse en héritage une belle leçon de courage et de résilience.» n