Le flou persiste autour des dépenses de Greg Davis

FREDERICTON – Les dépenses du député Greg Davis continuent de soulever de nombreuses questions. Le Parti conservateur a prêté 5125 $ au député de Campbellton-Restigouche-Centre en 2012 pour lui permettre de rembourser son loyer impayé alors qu’il avait déjà réclamé 40 000 $ de dépenses pour son bureau de circonscription.

La tempête au centre de laquelle se trouve le député Davis continue de faire des vagues à Fredericton.

Pressé de questions par le député libéral Victor Boudeau, vendredi, le vice-premier ministre Paul Robichaud a déclaré en Chambre que les problèmes de santé de Greg Davis étaient «en quelque sorte la raison» pour laquelle il n’avait pas payé le loyer de son bureau de circonscription durant six mois en 2012.

Le député de Campbellton-Restigouche-Centre, Greg Davis, n’a pas été vu à l’Assemblée législative depuis la reprise des travaux en février. - Archives
Le député de Campbellton-Restigouche-Centre, Greg Davis, n’a pas été vu à l’Assemblée législative depuis la reprise des travaux en février. – Archives

M. Davis a indiqué par voie de communiqué, mardi, qu’il ne serait pas candidat lors des élections de septembre 2014 «pour des raisons de santé». Le bureau du député avait fait l’objet d’une saisie un peu plus tôt la même journée pour le non-paiement de six mois et demi de loyer d’une valeur totale de 6665 $ en 2013 et 2014.

Le lendemain, on apprenait que Greg Davis avait également eu de la difficulté à payer son loyer en 2012 et que son parti avait dû lui prêter 5125 $ pour régler ses dettes, et ce, même s’il avait déjà réclamé au greffier de l’Assemblée législative la totalité des 40 000 $ permis annuellement pour les dépenses de circonscriptions.

Vendredi après-midi, le directeur général du Parti progressiste-conservateur, Jean-Paul Soucy, a offert une autre raison pour expliquer les dépenses de M. Davis en 2012.

«Si vous regardez le prix du loyer (1017 $ par mois), c’est très dispendieux pour la région où il est», a mentionné M. Soucy lors d’une interview téléphonique.

«Je sais qu’il avait acheté de la publicité à la radio pour identifier où était son bureau et ainsi de suite», a-t-il dit.

Jean-Paul Soucy a indiqué ne pas avoir la liste complète des dépenses du député de Campbellton-Restigouche-Centre pour cette année-là. Afin de recevoir le remboursement de leurs dépenses de circonscription, les députés doivent soumettre tous les reçus de paiement au greffier de l’Assemblée législative, Donald Forestell. Celui-ci a refusé de rendre publique la liste des dépenses remboursées à Greg Davis.

Le Parti libéral n’a pas lâché le morceau, vendredi.

«Le vice-premier ministre a l’air de dire que c’est une situation plutôt innocente. Qu’il l’explique alors! Nous voulons seulement retrouver cet argent pour nous assurer qu’il a été dépensé au bon endroit», a commenté Victor Boudeau.

Le député libéral a porté à l’attention des médias que le prêt fait à M. Davis  en 2012 ne figure pas dans le rapport financier vérifié du Parti conservateur.

Mais les 5125 $ sont bel et bien dans le rapport, a clarifié le directeur général du parti, mais sous le nom de Peter Woltens. Un malentendu entre M. Soucy et la comptable du parti serait à l’origine de l’erreur.

«La correction a été faite à Élections NB et ça va apparaître dans le dossier de 2013», a assuré Jean-Paul Soucy.

Victor Boudreau «est devenu expert en petits jeux de coulisses et essaie de spéculer et de fabriquer des situations», a déclaré Paul Robichaud lors de la période de questions.

«Prétendre qu’un député aurait pu réclamer des dépenses qui n’étaient pas légitimes, comme le fait le député de Shediac–Cap-Pelé, c’est mettre en doute l’efficacité des hauts fonctionnaires de l’Assemblée législative, qui ont la responsabilité de vérifier les dépenses. Je pense que le député de Shediac–Cap-Pelé devrait faire attention à ses propos», a dit le vice-premier ministre.

Greg Davis n’a pas été vu à l’Assemblée législative depuis la reprise des travaux en février. La nature de ses problèmes de santé n’a pas été révélée.