15 centimètres de neige pour souligner l’arrivée du printemps…

GRAND-SAULT – La saison hivernale ne semble pas vouloir s’essouffler et céder sa place au printemps comme il se doit, bien au contraire.

En cette première journée du printemps, d’importantes chutes de neige sont attendues sur l’ensemble du Nouveau-Brunswick.

Un creux dépressionnaire s’est formé sur la côte Est américaine, près de Cape Cod, et se déplacera sur les Maritimes jeudi, apportant une accumulation de neige pouvant atteindre 15 centimètres sur les secteurs du nord de la province.

Les résidants du sud auront quant à eux droit en prime à un cocktail qui pourrait apporter 10 centimètres de neige et 20 millimètres de pluie.

Les résidants devront prendre leur mal en patience et résister à la tentation de remiser les tuques, les mitaines et les pelles puisque les températures prévues la semaine prochaine ne devraient pas dépasser le point de congélation, pouvant même atteindre jusqu’à – 25 degrés Celsius en pleine nuit mardi, selon les prévisions météorologiques à long terme émises par MétéoMédia et par Environnement Canada.

Selon Claude Côté, météorologue à Environnement Canada, les conditions printanières pourraient se manifester qu’en avril.

«On pourrait recevoir au cours des deux premières semaines d’avril jusqu’à 25 cm de neige, ce sont des conditions météorologiques normales pour cette période de l’année dans le nord-ouest de la province», prévient ce dernier.

«À partir de la mi-avril, les températures pourraient et devraient se réchauffer. Chose certaine, le mercure devrait demeurer sous les normales de saison d’ici là, on aura un printemps tardif», ajoute Claude Côté.

L’hiver le plus froid en 20 ans

Le Nouveau-Brunswick aura connu cette saison l’hiver le plus froid depuis 1995-1996. «Cet hiver, on a eu des températures plus froides et plus de précipitations qu’à l’habitude. À part le temps très doux enregistré en janvier, les températures ont toujours été en dessous de la normale saisonnière», précise ce dernier.

C’est le mois de décembre qui aura été le plus froid de la saison, avec des températures enregistrées par Environnement Canada qui étaient trois degrés Celsius en deçà des normales de saison.

À l’inverse, les températures enregistrées en janvier auront été légèrement supérieures à la moyenne des années précédentes. Le mois de février, quant à lui, aura été plus froid qu’à l’habitude.

Le temps froid a continué de régner en maître au cours du mois de mars alors que les températures n’ont guère dépassé le point de congélation dans l’ensemble des régions.

«Depuis le début de mars, on roule avec des températures qui sont de cinq à sept degrés en dessous des normales, avec des précipitations plus importantes qu’à l’habitude», ajoute Claude Côté.

De fait, selon Environnement Canada, les précipitations enregistrées cet hiver au Nouveau-Brunswick auront été 18 % supérieures à la moyenne.