Rivière Petitcodiac: Brian Gallant promet de mener la restauration à terme

MONCTON – Le Parti libéral s’est engagé à travailler en vue d’une restauration complète de la rivière Petitcodiac. Le projet en trois phases a été mis sur la glace depuis l’ouverture des vannes du pont jeté, en février 2010.

Brian Gallant a affirmé qu’il a l’intention de militer pour que le pont jeté de la rivière Petitcodiac soit remplacé par un pont partiel.

Avant 2010, les libéraux de Shawn Graham avaient investi plus de 40 millions $ pour compléter les deux premières phases du projet. Leurs efforts avaient mené à l’ouverture des vannes du pont jeté en février 2010.

M. Gallant veut compléter le projet que ses prédécesseurs ont commencé.

«La rivière est un moteur économique, ce qu’on a vu cet été. Plusieurs personnes sont venues ici et l’industrie du tourisme en a bénéficié. Je pense que ça va continuer à être le cas», a affirmé Brian Gallant, jeudi.

«Depuis l’ouverture des vannes en 2010, des centaines de milliers de poissons ont pu franchir les parties supérieures de la rivière, ce qui ne leur était pas possible depuis plus de 40 ans», a ajouté le chef du Parti libéral.

La construction d’un nouveau pont partiel serait la troisième et dernière étape du projet de la restauration de la rivière chocolat. Elle coûterait environ 40 millions $.

Brian Gallant reproche à Ottawa de ne pas avoir donné les fonds nécessaires pour que la dernière phase puisse aller de l’avant.

«Le gouvernement du N.-B. a déjà donné plus de 40 millions $ à ce projet, et ça reste au fédéral de venir à la table et de donner sa part», a précisé M. Gallant.

La troisième phase du projet devait être effectuée de 2014 à 2015, selon les plans originaux.

Par contre, quelques mois après l’ouverture des vannes, en décembre 2010, le Parti conservateur a rejeté une motion de l’opposition visant à forcer le gouvernement à demander du financement fédéral pour la construction d’un nouveau pont.

«Malheureusement, nous avons vu le gouvernement fédéral traîner la patte, et nous avons vu le gouvernement Alward ne rien dire quant à ce dossier», a lancé M. Gallant.

 

Une volonté indéniable

Le président de Sentinelles Petitcodiac, Pierre Landry, a affirmé que l’annonce des libéraux coïncide avec un mouvement populaire pour la restauration, qui prend toujours plus d’ampleur.

«Il y a certainement une volonté populaire de restaurer la rivière, c’est indéniable. Les communautés de la belle Vallée de Memramcook, ainsi que Dieppe, Riverview, Moncton, Salisbury et Petitcodiac peuvent se réjouir aujourd’hui de cette volonté politique de restaurer la rivière», a affirmé M. Landry.

En plus des avantages économiques et écologiques qu’apporterait la restauration de la rivière Petitcodiac, elle mousserait la fierté des résidants de la région, selon Brian Gallant.

«C’est une occasion de montrer à nos enfants et aux générations à venir que quand nous faisons une erreur, nous devons prendre nos responsabilités et la corriger», a poussé le chef de l’opposition.

Selon le président des Sentinelles Petitcodiac, la restauration de la rivière pourrait avoir un impact sur les maisons et les infrastructures construites près d’elle. L’évaluation de ces impacts aurait lieu durant la dernière phase de la restauration.