La course aux candidats est déjà bien entamée

MONCTON – Les élections auront lieu dans six mois à compter d’aujourd’hui. Déjà, les progressistes-conservateurs peuvent se vanter d’avoir élu des candidats dans une circonscription sur quatre, alors les néo-démocrates tirent de l’arrière à ce chapitre.

Le directeur général du Parti progressiste-conservateur, Jean-Paul Soucy, assure que tout roule chez les troupes de David Alward. Onze candidats sur 49 (le nombre de circonscriptions passe de 55 à 49: NDLR) ont été élus par les membres lors d’assemblées à l’investiture et le travail se poursuit, dit-il.

«Dans les mois qui s’en viennent, on en a une dizaine par mois. Pendant ce temps, on s’affaire à rencontrer les candidats potentiels dans les circonscriptions que l’on ne détient pas. On offre des formations à nos militants afin de les préparer.»

Une formation qui a eu lieu en février a attiré deux centaines de militants progressistes-conservateurs, ce qui encourage Jean-Paul Soucy.

«On a eu une session de formation où on a eu un peu plus de 200 personnes. C’était des leaders de chacune des 49 circonscriptions. Donc, ça va bien. Les gens veulent de l’information et ils veulent être prêts dès que l’élection sera déclenchée. On voit un intérêt chez les gens.»

Le programme électoral de son parti est en chantier. Un comité dont le directeur général ne veut pas dévoiler la composition s’affaire actuellement à le développer.

Jean-Paul Soucy affirme que ce comité peut compter sur une mine d’informations provenant de diverses sources.

«Nos 41 députés rencontrent les gens de leur région. Lors du caucus, ils ramènent les préoccupations de leur circonscription, de leurs citoyens. Il y a des gens qui ont rencontré des groupes d’intérêt.»

S’ajoutent à ces éléments les suggestions faites au premier ministre par courriel depuis les dernières sélections.

Une douzaine de candidats et un congrès chez les libéraux

Les libéraux, avec 12 candidats confirmés, ont une légère avance sur leurs rivaux. Le coprésident de la campagne en vue des élections provinciales, le député fédéral Dominic LeBlanc, cache mal son optimisme.

«Je suis très encouragé, je dirais que c’est positif», dit-il.

Certains indicateurs ont de quoi lui donner espoir, tels que le nombre de personnes qui participent aux événements organisés par le parti, le nombre de gens intéressés à se présenter sous la bannière libérale et le nombre de nouveaux membres au cours des derniers mois, dit-il.

Dominic LeBlanc ajoute que la collecte de dons va aussi bon train.

«Il y avait un événement à Barachois, cette semaine, avec Brian Gallant. Il y a une trentaine de milliers de dollars qui ont été versés à la campagne centrale.»

En ce qui a trait au programme électoral, les libéraux ont choisi une autre approche que celle des progressistes-conservateurs. Une série de consultations, de sondages et d’événements publics culminera, le 26 avril, avec un congrès des politiques, qui aura lieu à Fredericton.

C’est après ce congrès qu’on devrait avoir une meilleure idée de ce que les libéraux prévoient proposer pour avoir la faveur des électeurs, dit Dominic LeBlanc.

«Je pense que dans les semaines suivantes, vous allez voir le chef annoncer certains éléments du programme électoral. On ne va pas attendre de tout annoncer lors de la période électorale.»

Dominic Cardy - Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue
Dominic Cardy – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

Le NPD en retard, mais se dit prêt

Le Nouveau Parti démocratique n’a choisi que quatre candidats. Un fait qui s’explique par les politiques internes du parti, explique le chef, Dominic Cardy.

«Les gens du bureau provincial doivent être là pour les nominations, c’est un processus qui est prévu dans le système de notre parti.»

Les membres de l’équipe néo-démocrate continuent de travailler afin d’étoffer la liste de candidats et de roder la machine électorale, dit-il.

«Ils sont en train d’organiser à peu près trois douzaines de conventions au cours des prochains mois. Nous poursuivons aussi la recherche de candidats.»

Dominic Cardy rapporte d’ailleurs que son programme électoral est fin prêt.

«Il est clair que nous devrons y apporter quelques ajustements si quelque chose d’important survient, mais avec tous les grands dossiers, la recherche est terminée.»

Il ajoute que toutes les promesses de son parti seront chiffrées et que ces données se trouvent déjà dans le programme.

«À tous les niveaux, nous sommes prêts comme jamais avant parce que le NPD va être en compétition avec les deux autres partis. C’est toujours difficile comme parti sans siège, mais nous sommes là avec les deux partis et nous allons tenter une percée en septembre.»