Nouveau complexe multifonctionnel: Moncton prévoit emprunter 37 millions $

MONCTON – La Ville de Moncton a présenté son plan financier à long terme pour la construction d’un nouveau complexe multifonctionnel dans son centre-ville.

Le document a été présenté lundi lors d’une réunion extraordinaire.

Le plan étalé sur 30 ans évalué à près de 106 millions $ prévoit que la municipalité pige dans ses coffres pour financer le projet à 47 %. Un autre 45 % devrait provenir des gouvernements provincial et fédéral.

Une campagne de financement est aussi prévue pour aller cueillir environ 5 millions $ (5 %) et la vente de terrains auxiliaires permettrait d’aller chercher environ 3,5 millions $ (3 %).

Il s’agit d’un cinquième scénario de financement pour un complexe multifonctionnel au centre-ville de Moncton. Dans ces scénarios, les collectes de fonds sont apparues et disparues. Quoique difficile, le directeur municipal, Jacques Dubé, croit qu’il est possible d’atteindre l’objectif.

«Cinq millions de dollars, nous croyons que c’est un objectif atteignable en se basant sur d’autres collectes qui ont eu lieu dans la région. Nous croyons qu’il y a un intérêt, mais il faudra la commencer bientôt afin de profiter de l’énergie qui entoure ce projet», a précisé M. Dubé.

Afin de financer sa juste part, la municipalité compte emprunter 37,2 millions $. Selon ce plan, le ratio d’endettement nivellerait néanmoins vers le bas pour passer de 15,3 % à 13,7 % en 2041.

Ce plan renferme 75 hypothèses portant sur les revenus potentiels de la municipalité au cours des 30 prochaines années. Elles prévoient par exemple un taux de croissance annuel moyen de 4 % et la construction d’un nouveau poste de police dont la valeur est estimée à 33 millions $ en 2017.

De plus, dans ses prévisions, la municipalité anticipe plus de 77 millions $ en développement entourant le nouveau centre multifonctionnel. Cela, tout comme un nouveau commissariat, engendrerait un surplus en impôt foncier.

Le nouveau complexe qui devrait remplacer l’actuel Colisée de Moncton serait géré par une entreprise privée. Les coûts d’opération, environ 3,4 millions $, seraient assurés par les revenus en impôt foncier, Moncton centre-ville inc. et l’Association des hôtels.

Moncton centre-ville s’est engagé à verser 250 000 $ par année pour les 15 prochaines années et l’Association des hôtels, 700 000 $ annuellement pour la même période.

Les villes voisines de Dieppe et Riverview ont offert leur appui moral au projet. Il n’est cependant pas encore question qu’elles y injectent des fonds, du moins, pas pour l’instant.

«L’hypothèse, c’est qu’elles ne contribueront pas, mais cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles ne vont pas le faire. Il pourrait y avoir demande de fait auprès de ces municipalités dans le cadre d’une collecte de fonds», a indiqué M. Dubé.

Les gouvernements provincial et fédéral ne se sont pas encore engagés dans le projet. Aucune promesse de financement n’a encore été faite.

Mardi matin, une autre séance extraordinaire du conseil municipal se tiendra concernant le projet du complexe. Les membres du conseil devraient alors lancer l’appel pour recevoir les demandes de proposition pour la réalisation de l’immense projet. Le contrat pour la construction devrait être octroyé en décembre.

MONCTON ACHÈTERA LE HIGHFIELD SQUARE POUR 12,5 MILLIONS $

Par un vote serré lundi après-midi, le conseil municipal de Moncton s’est prononcé en faveur de l’achat de l’ancien centre commercial Highfield Square pour 12,5 millions $.

Il s’agit d’un revirement de situation puisque le conseil municipal avait choisi l’expropriation en novembre 2013.

«Je crois que c’est un grand pas de l’avant», a lancé le conseiller Charles Léger.

M. Léger est un des quatre conseillers qui ont voté en faveur de la proposition d’achat. Les autres membres du conseil qui se sont prononcés en faveur sont Pierre Boudreau, Paulette Thériaul et Dawn Arnold.

Les conseillers Charles Bourgeois et Brian Hicks ont tous deux voté contre la proposition avançant différentes raisons. Tout en demeurant en faveur du projet, ils soutiennent entre autres que de meilleurs sites moins dispendieux auraient pu mieux convenir.

Le maire de Moncton, George LeBlanc, a causé la surprise en s’exprimant lui aussi contre la proposition, mais pour une tout autre raison. Il aurait préféré l’expropriation comme il était prévu au départ.

D’après M. LeBlanc, la municipalité n’a pas ménagé les efforts pour tenter d’arriver à une entente avec le vendeur. Plusieurs obstacles, entre autres avec les créanciers du propriétaire, ont écarté la possibilité d’une expropriation.

«Personnellement, j’appuie toujours le projet du centre-ville et le site que nous avons choisi, qui est selon moi le meilleur. Par contre, dans ces circonstances, j’aurais aimé mieux procéder avec une expropriation. Pour cette raison, je n’appuierai pas cette recommandation.»

Pour l’expropriation, la municipalité avait prévu verser environ 6 millions $ en compensation au propriétaire du terrain, Warren Gates Investments. La somme de 12 millions $ avait été placée dans une réserve pour l’acquisition du terrain d’environ 11 acres par expropriation, la démolition de l’édifice et le nettoyage du terrain.

Or, la municipalité se trouve maintenant à débourser un demi-million de plus qu’anticipé. Le propriétaire aura cependant la responsabilité de démolir l’édifice et de nettoyer le terrain.

L’ancien centre commercial, selon l’entente d’achat et de vente, doit être détruit dans les 90 jours suivant la date de clôture de l’achat prévue le 15 juillet.