Chasse à l’orignal: la saison passera de trois à cinq jours

FREDERICTON – Le ministre des Ressources naturelles entend faire passer de trois à cinq jours la période de chasse à l’orignal dès cette année. Une décision électoraliste qui ne tient pas la route, selon l’opposition.

Ceux qui ont l’habitude de perdre leur conjoint ou leur conjointe dans la forêt durant trois jours chaque fin d’été ne s’en réjouiront certainement pas. Pour les nombreux chasseurs de la province, c’est cependant tout un cadeau qu’a annoncé le ministre Paul Robichaud à l’Assemblée législative, jeudi.

«Chaque année, les demandes de permis excèdent l’offre. Au cours des dernières années, le ratio des demandes pour un permis de chasse à l’orignal a été en moyenne 14 fois plus élevé que le nombre de permis disponibles», a confié le ministre des Resssources naturelles et vice-premier ministre.

«Lors du dernier sondage annuel effectué auprès des chasseurs, la plupart des détenteurs de permis ont dit souhaiter un prolongement de la saison de chasse à l’orignal au Nouveau-Brunswick. Nous avons décidé de répondre à leur demande», a-t-il indiqué.

Si les changements proposés à la réglementation sont adoptés, ce qui ne manquera pas d’arriver étant donné la majorité du gouvernement en Chambre, les chasseurs auront donc deux jours de plus pour débusquer l’animal de leur rêve, la dernière semaine de septembre.

«Une saison de chasse à l’orignal plus longue au Nouveau-Brunswick veut aussi dire plus de retombées économiques pour cette industrie dans notre province», a souligné M. Robichaud.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de Ressources naturelles a cependant émis certaines réserves, jeudi, après l’annonce du ministre.

«Selon les biologistes, il existe au Nouveau-Brunswick un cheptel de 30 000 orignaux, pas plus. Et on sait que lorsque la prédation de chasse excède 10 %, on est en train de diminuer le cheptel», a averti le député libéral de Nigadoo-Chaleur.

Roland Haché s’inquiète du fait que le ministère a choisi de délivrer le même nombre de permis de chasse, malgré la prolongation de la saison.

«Ça veut probablement dire un trop grand nombre d’orignaux abattus pour la possibilité du cheptel dans la province. Ce qui semble être a priori une bonne nouvelle n’en est peut-être pas une», a-t-il prévenu.

«C’est une décision qui ne tient pas la route, sauf celle des élections de septembre», a déclaré M. Haché.

Selon Paul Robichaud, le ministère des Ressources naturelles a accru ses activités de relevés aériens de la population d’orignaux au cours de l’hiver 2013-2014 afin de s’assurer qu’elle ne sera pas affectée par une saison de chasse plus longue.

«Mon ministère ajustera aussi les quotas de permis dans le futur si on remarque une diminution de la population d’orignaux», a-t-il précisé.

Le tirage des permis de chasse à l’orignal 2014 aura lieu du 20 mai au 13 juin.