Stratégie forestière: les opposants manifestent leur mécontentement

FREDERICTON – Les propriétaires de lots boisés et les environnementalistes font front commun contre la nouvelle Stratégie de gestion des forêts de la Couronne. Ils étaient plus de 300 devant l’Assemblée législative, mardi midi.

Les manifestants s’opposent au plan du gouvernement de David Alward et au protocole d’accord signé avec la forestière J. D. Irving (JDI). Ils sont d’avis que la stratégie accorde trop de pouvoir à l’industrie et privilégie les terres de la Couronne aux dépens des petits propriétaires de lots boisés. Ils craignent également que la coupe de bois supplémentaire se fasse au détriment de l’environnement et de la faune.

«Nous devons mettre un terme à la plus récente attaque contre nos forêts qu’est le contrat entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et J.D. Irving», a lancé à la foule la responsable des forêts au Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick.

«Le nouveau contrat et l’accord proposé d’aménagement forestier de 25 ans doivent être abandonnés si nous voulons avoir une forêt en santé pour nous et pour les générations à avenir», a déclaré Tracy Glynn.

La Stratégie de gestion des forêts de la Couronne rendue publique en mars par le ministre des Ressources naturelles, Paul Robichaud, vise l’abattage de 660 000 mètres cubes de bois de résineux supplémentaires par année.

En échange de cette garantie d’approvisionnement additionnel, l’industrie s’engage à investir 600 millions $ dans ses activités, ce qui devrait permettre de créer, selon le gouvernement, 500 nouveaux emplois dans ce secteur en plus d’aider à garder au travail les 22 000 Néo-Brunswickois qui dépendent de cette industrie.

«Voici un nouvel exemple inacceptable d’une situation où l’on fait passer le profit à court terme des entreprises devant la viabilité à long terme de nos forêts, de nos communautés et du climat. Nous ne sommes pas d’accord avec ça», a indiqué Julia Hansen de l’organisme À l’action.

À titre de plus gros joueur de l’industrie, JDI investira 513 millions $ dans le cadre de la nouvelle stratégie forestière. Le plan prévoit un accroissement de 25 % de son approvisionnement en bois.

Le gouvernement entend faire passer la superficie des terres consacrées à la conservation de 28 % à 23 % du total des forêts de la Couronne. Les entreprises forestières auront ainsi accès à 5 % de forêts supplémentaires.

«C’est une stratégie régressive qui n’est pas bonne pour notre environnement ni pour notre économie. Elle nous ramène 30 ans en arrière et nous laisse derrière toutes les autres provinces du Canada», a affirmé Roberta Clowater de la section néo-brunswickoise de la Société pour la nature et les parcs du Canada.

Selon le gouvernement, la croissance prévue de l’industrie forestière devrait se réaliser à raison de 250 000 mètres cubes par année, la demande de bois provenant des terres privées. La Fédération des propriétaires de lots boisés estime plutôt que Fredericton lui fait injustement concurrence en offrant au rabais les forêts de la Couronne.

«Avec un enjeu si grand pour les gens du Nouveau-Brunswick, il devrait y avoir plus de consultation et plus de rétroaction de la part de toutes les parties concernées. Les Néo-Brunswickois donnent et donnent encore et deviennent de plus en plus pauvres», a indiqué le président de la fédération, Rick Doucett.

FREDERICTON GARDE LE CAP

Le ministre des Ressources naturelles a bien l’intention de garder le cap avec la nouvelle Stratégie de gestion des forêts de la Couronne.

«Notre but demeure de sauver l’industrie forestière et de protéger les 22 000 hommes et femmes qui travaillent chaque jour dans cette industrie, a commenté Paul Robichaud. Il y aura toujours des gens qui seront contre, mais à la fin de la journée, le gouvernement doit prendre des décisions.»

Le gouvernement a rendu public à la fin du mois dernier le protocole d’accord signé entre lui et J.D. Irving dans le cadre du plan forestier. Le ministre Robichaud a réitéré mardi son engagement de rendre publiques les quatre autres ententes signées avec d’autres joueurs de l’industrie qui ont également accepté d’investir dans leurs activités en échange d’approvisionnement supplémentaire. Le protocole d’accord avec Twin Rivers d’Edmundston devrait être la prochaine à être dévoilée, selon le ministre.

La carte de la stratégie forestière avec les nouvelles allocations de bois et les nouveaux secteurs de forêts protégées devrait être terminée et dévoilée publiquement cet été, a précisé Paul Robichaud.