Jasper Stam subira une évaluation psychologique

MONCTON – Jasper Stam, un ami de Justin Bourque accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre des policiers, subira une évaluation psychologique de cinq jours.

Jasper Stam a comparu en Cour provinciale mercredi matin, afin de subir son enquête sur le cautionnement. Incarcéré depuis qu’il a été accusé, lundi dernier, ce jeune homme âgé de 25 ans s’est présenté dans le box des accusés vêtu d’un t-shirt gris, portant la même barbe et les cheveux longs que l’on voit sur les photos que l’on a de lui.

L'avocat de M. Stam, Me  Jean Cormier. - Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue
L’avocat de M. Stam, Me Jean Cormier. – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

Il a échangé quelques mots avec le shérif qui se trouvait avec lui dans l’espace vitré. Il a ensuite parlé à des proches venus assister à l’audience, en articulant à outrance afin qu’ils puissent lire ses lèvres.

La procureure de la Couronne, Me Jessica Lavoie, a recommandé qu’il subisse une évaluation psychologique de cinq jours afin de déterminer s’il est apte à subir son procès. Après avoir hésité un peu, l’accusé a suivi les conseils de son avocat, Me Jean Cormier, et a indiqué qu’il ne s’y opposait pas. La juge a accepté la demande de la Couronne.

La Couronne a aussi recommandé que l’ordre que Jasper Stam n’entre pas en contact avec l’homme accusé de triple meurtre prémédité et de double tentative de meurtre, Justin Bourque, soit maintenu. Cet ordre avait été demandé et obtenu lors de la première comparution de M. Stam, lundi dernier. La juge a accepté son maintien.

L’accusé sera de retour en cour lundi prochain, à 9 h 30, afin de subir son enquête sur le cautionnement.

Rappelons que la GRC a affirmé que l’accusation de Jasper Stam n’avait aucun lien avec la fusillade de mercredi dernier. Les faits allégués qui lui sont reprochés datent du 10 au 18 mai dernier. On sait cependant que Justin Bourque et Jasper Stam sont amis. C’est ce qu’a affirmé ce dernier à l’Acadie Nouvelle la semaine dernière.

Son avocat a rencontré la presse mercredi, à sa sortie du tribunal. Il a dit ne pas avoir encore pris connaissance des preuves détenues contre son client.

Me Jean Cormier indique que son client est surpris de se retrouver au coeur de cette affaire.

«Je pense qu’il est surpris de tout ce qui s’est produit. Je pense qu’il ne croit pas avoir commis de crime. Je pense qu’il voudrait que cette situation soit finalement connue, éclairée, et cætera. Mais toute personne qui passe quelques journées en prison, évidemment, n’est pas très contente de passer quelques jours en prison», a-t-il dit.

Mathieu Bastarache, un ami de Jasper Stam. - Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue
Mathieu Bastarache, un ami de Jasper Stam. – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

L’un des proches de Jasper Stam venus assister à l’audience, Mathieu Bastarache, affirme qu’il ne comprend pas comment il s’est retrouvé dans cette situation.

«Il est l’un de mes bons amis. Je ne crois pas qu’il est une mauvaise personne et je ne veux pas que les gens le voient comme cela», a confié cet ancien colocataire de l’accusé à sa sortie du palais de justice.

«C’est quelqu’un qui accueille tout le temps les gens à bras ouverts, c’est quelqu’un de sociable et de gentil. Je n’ai jamais cru qu’il ferait quelque chose de méchant à une autre personne», a-t-il dit.

Selon Mathieu Bastarache, sans savoir ce qui est reproché à Jasper Stam, il se pourrait que son ami se soit simplement emporté.

«Des fois, quand on est enragé ou qu’on a peur pour quelqu’un, on dit et on fait des choses qui sont hors de notre contrôle des fois. Je pense que c’est quelque chose à considérer.»