BOUCTOUCHE – Soixante-cinq cyclistes, âgés de 12 à 65 ans, ont relevé le défi de parcourir à vélo, en tout ou en partie, 1200 km en 5 jours. Ils sont arrivés au Pays de la Sagouine, lundi soir, sous les vivats du public.

Il a fallu de l’endurance à ces athlètes, adolescents et adultes, pour faire le tour de la province durant cinq jours afin de faire la promotion de l’activité physique. La distance qu’ils ont parcourue est supérieure à celle qui sépare Moncton de Montréal.

Paul Tremblay, élève de 17 ans à l’école Samuel-de-Champlain (Saint-Jean), a été présenté par le porte-parole de l’événement, Sylvain Leclerc, comme «le téméraire». Il a pédalé sur la totalité du parcours.

«Je suis super fier de ça, a-t-il dit. Quand tu commences la première journée, après tu ne peux plus arrêter. Tu regardes le monde à côté de toi et tu lâches pas.»

Les coureurs se sont épaulés les uns les autres, fidèles en cela à la devise de l’édition 2014: «Tout seul j’avance, ensemble on va loin.»

France Audet, originaire de Campbellton, habite à Memramcook. Elle est «la première femme», celle qui a aussi réalisé le tour complet.

«C’est tout un challenge, mais c’était une expérience formidable de participer avec des jeunes qui prennent au sérieux de faire de l’exercice.»

Bouctouche a aussi son héros local. Le jeune Patrick Doucet n’a manqué aucune édition depuis le lancement des Héros du coeur. Il en est à sa quatrième participation et compte bien revenir en 2015 pour encourager les jeunes de sa communauté.

«Physiquement, j’ai un peu de douleur, mais moralement c’est incroyable. Le montant d’énergie et ma fierté d’être ici enlèvent toute la douleur physique», a-t-il confié à chaud.

Enseignante à l’école Amirault à Dieppe, Nadine Lanteigne a surmonté une blessure survenue il y a deux semaines. Au bout de l’effort, elle a pédalé sur 55 kilomètres durant les deux derniers jours.

«Les derniers 30 km, ils tenaient vraiment à ce que je termine la boucle avec eux, a-t-elle raconté avec émotion. C’était vraiment plaisant de voir la camaraderie et l’enthousiasme, on faisait vraiment partie d’une famille.»

Sa collègue française Luce Guignery lui a rendu un hommage appuyé. La Normande d’origine a aussi vanté les bienfaits du sport sur la santé.

«Le bonheur passe souvent par le sport. Souvent, quand je ne vais pas bien, je vais courir, je prends mon vélo et ça me redonne tout de suite le moral.»

L’épreuve a inspiré une chanson à l’un des participants, Jimmy Therrien, qui l’a interprétée sur l’Île-aux-Puces. Elle pourrait éventuellement être enregistrée avec la collaboration de George Belliveau.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle