MONCTON – La province du Nouveau-Brunswick traîne une firme comptable devant les tribunaux dans l’espoir de retrouver les 50 millions $ perdus dans la faillite d’Atcon en 2010.

La province affirme dans l’avis de poursuite déposé en Cour du Banc de la Reine à Saint-Jean, lundi, que la firme Grant Thornton a été «négligente» dans son examen des finances de l’entreprise industrielle Acton Holdings.

C’est l’opinion «fausse et trompeuse» émise par la firme qui aurait convaincu le gouvernement en juin 2009 d’endosser une garantie de prêt de 50 millions $ pour l’entreprise de Miramichi. Atcon a été mise sous séquestre moins d’un an plus tard, obligeant la province à verser 50 millions $ à ses créanciers.

L’associé directeur de Grant Thornton au Nouveau-Brunswick, Norm Raynard, a déclaré mardi que la firme avait l’intention de se défendre «avec vigueur», dénonçant au passage le caractère «politique» de l’affaire à moins de trois mois du scrutin provincial.

Le fiasco d’Atcon a mis du plomb dans l’aile du gouvernement libéral de Shawn Graham qui a été battu par les progressistes-conservateurs de David Alward lors des élections suivantes, quelques mois plus tard. L’ex-premier ministre a par la suite été trouvé en conflit d’intérêts dans cette affaire en raison des liens entre son père, Alan Graham, et le groupe Atcon.

En 2012, une vérification juricomptable effectuée par la firme montréalaise RSM Richter a conclu que Acton Holdings avait surestimé ses revenus de 35 millions $ l’année précédant la garantie de prêts par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

À la suite de cette vérification, la province a porté plainte contre Grant Thornton auprès de l’Institut des comptables agréés du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement avait alors indiqué publiquement qu’il comptait attendre le résultat de l’enquête de l’institut avant d’aller plus loin. Les conclusions de l’enquête sont attendues à l’automne.

Selon l’avis de poursuite préparé pour la province par le cabinet Stewart McKelvey de Fredericton, Grant Thornton a été «négligente» dans son étude des états financiers d’Atcon et a omis de se soumettre «aux normes d’audit généralement admises» par les Comptables agréés du Canada.

La province accuse la firme de ne pas avoir fait preuve «de la précaution, de la diligence et de la compétence» à laquelle elle était en droit de s’attendre de la part d’un vérificateur «raisonnablement compétent et prudent».

Norm Raynard n’a pas souhaité commenter davantage les allégations de la province.

«Nous ne pouvons pas faire de commentaires précis puisque nous n’avons reçu la documentation qu’hier et que nous n’avons pas encore eu le temps de la passer en revue», a-t-il indiqué par écrit.

«Notre première réaction est que cet échéancier a beaucoup à voir avec le calendrier politique de la province. De toute façon, nous nous défendrons avec vigueur contre cette mesure.»

Le bureau du procureur général n’a pas répondu à notre demande d’interview.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle