La saison de pêche au homard est prolongée

CARAQUET – La pêche au homard est exceptionnellement prolongée de cinq jours dans le nord-est du Nouveau-Brunswick. La saison s’achèvera donc le 5 juillet pour les pêcheurs de la zone 23.

Cette décision du ministère des Pêches et des Océans (MPO) a été communiquée vendredi aux pêcheurs qui en avaient fait la demande depuis plusieurs semaines pour compenser le manque à gagner qu’ils avaient subi au début de la saison.

La pêche avait démarré cette année avec une semaine de retard ce printemps en raison de la présence encore importante des glaces sur les côtes du nord-est du Nouveau-Brunswick.

«C’est vraiment exceptionnel d’avoir une prolongation à la fin de la saison», confirme le représentant de l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM), Emmanuel Moyen.

Ces dernières années, le MPO avait toujours refusé une prolongation de la saison en raison des risques que faisaient peser sur la ressource les captures de homard pendant sa période de mue.

Des risques qui sont absents cette année selon les biologistes en raison de la température de l’eau, comme l’explique le représentant de l’UPM.

«Les températures sont propices pour une exception cette année (…) les biologistes étaient d’avis qu’il n’y a aucun risque pour la ressource. La mue du homard est en retard.»

Alors que les pêcheurs devaient normalement ranger leurs casiers le 30 juin, ils pourront pêcher jusqu’au 5 juillet. Cinq jours de pêche de plus, c’est loin d’être négligeable pour ces professionnels de la mer.

«Cela peut représenter entre 1500 et 2000 lb de homard pour chaque bateau, environ 5000 à 6000 $», estime Emmanuel Moyen, qui se félicite de la décision prise par le MPO. Elle est bien accueillie, car la saison a été jusqu’à présent un peu compliquée pour certains pêcheurs du nord-est de la province.

Les contingents qui limitent entre 600 et 800 lb par débarquements se poursuivent, mais ne sont pas généralisés, la situation varie en fonction des ports et des acheteurs.

Par ailleurs, selon un bilan préliminaire, les pêcheurs du Nord-Est semblent avoir capturé moins de homard cette année que les années précédentes.

«On parle d’une diminution de 15 à 20 %, mais il faut être prudent, c’est très préliminaire», précise Emmanuel Moyen, en expliquant que la situation serait un peu différente pour les pêcheurs de la baie des Chaleurs où les prises se maintiendraient.