Le coup d’envoi du Congrès mondial acadien 2014 est donné [vidéo]

PRN - cma 8 aout 2

LAC BEAU, QUÉBEC – Le coup d’envoi du Congrès mondial acadien 2014 a été donné, vendredi, à la borne des frontières du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine. Jusqu’au 24 août, l’Acadie des terres et forêts vibrera au rythme de ce grand rassemblement.

Un petit groupe de gens triés au volet se sont donné rendez-vous à la borne des trois frontières en début de matinée afin de participer à l’ouverture protocolaire du CMA. Une fois arrivés dans ce secteur boisé accessible par un sentier escarpé, les hauts dignitaires ont pris place dans des canots et se sont éloignés sur le lac Beau. 

Ils sont revenus quelques minutes plus tard pour le début de la cérémonie afin de symboliser l’arrivée des Européens dans la région. Ils ont été accueillis par les chefs de deux Premières Nations, qui leur ont souhaité la bienvenue.

Au son de chants traditionnels autochtones, sous le soleil radieux qui plombait sur les eaux calmes du lac, ils ont prononcé quelques mots pour souligner les liens qui unissent les Néo-Brunswickois, les Québécois, les Américains du Maine et les peuples des Premières Nations. Puis, quelques mètres plus loin, ils ont placé des herbes purificatrices dans le feu.

La cérémonie était réservée aux dignitaires, mais le public a pu la regarder en direct lors de déjeuners communautaires organisés dans la région. Des centaines de personnes y ont participé. 

Le président de la Société nationale de l’Acadie, René Légère, était présent à la borne des trois frontières. Peu après la cérémonie, il a fait part de l’émotion qu’il a ressentie en y participant. 

«J’ai trouvé cela très solennel. Solennel et simple. C’est un geste qui démontre la volonté des trois régions de faire du CMA un succès. C’était très symbolique. Pendant le Congrès, il n’y a plus de frontières.»

Le ministre québécois des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier, y a lui aussi pris part. Il s’est dit touché par la cérémonie.

«Ce fut extraordinaire. D’abord, on a été très chanceux avec la température, qui a mis en lumière le caractère paisible et l’amitié de la cérémonie.» 

Le gouverneur de l’État du Maine, Paul LePage, qui a tenu à célébrer ses racines québécoises et a parlé français pendant la cérémonie, a affirmé être heureux d’avoir été un acteur de ce moment empreint de symbolisme.

«Je suis très fier d’être ici, d’être francophone. Je suis fier de voir le Maine, le Nouveau-Brunswick et le Québec se rejoindre ici», a-t-il dit.

L’une des chefs qui ont accueilli les dignitaires, Anne Archambault, de la Première Nation malécite de Viger, a dit être comblée. 

«C’était très émotionnel. C’était grandiose parce que ça regroupe beaucoup de gens. Que les Premières Nations soient là, c’était très bien.»

Le 5e Congrès mondial acadien se déroule du 8 au 24 août dans l’Acadie des terres et forêts. Cette région est composée du Témiscouata au Québec, du nord-ouest du Nouveau-Brunswick et du comté d’Aroostook au Maine.

On s’attend à un achalandage accru entre le Nouveau-Brunswick et le Maine

EDMUNDSTON – L’Agence des services frontaliers du Canada s’attend à un achalandage accru aux points d’entrée entre le Nouveau-Brunswick et l’État du Maine durant la tenue du Congrès mondial acadien, qui débute ce vendredi.

Pendant les 17 jours de festivités, l’Agence fera appel à des agents supplémentaires et mettra en place des voies secondaires d’inspection supplémentaires pour faciliter le passage des nombreux voyageurs durant les périodes de pointe.

Les points d’entrée du Nouveau-Brunswick qui seront les plus touchés seront ceux de Clair, Edmundston, Saint-Léonard et Grand-Sault.

Il est à noter que le pont international entre Edmundston et Madawaska au Maine sera fermé à la circulation automobile entre 13 heures, le 15 août, et 3 heures du matin, le 16 août.

Seuls les piétons y auront accès avec des navettes qui les transporteront au site du spectacle. – La Presse canadienne
Plus de détails à venir.