Le CCNB-Péninsule se prépare à l’arrivée du Groupe Océan au chantier naval

BAS-CARAQUET – L’arrivée très prochaine de la société Océan au Centre naval du Nouveau-Brunswick à Bas-Caraquet ouvre de nouvelles perspectives d’emplois aux monteurs et soudeurs formés au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) – Campus de la Péninsule acadienne, qui a déjà augmenté ses effectifs.

Une deuxième cohorte de 12 étudiants a été ajoutée au centre de formation de Caraquet ces derniers mois, bien avant l’annonce officielle de l’entreprise, début août, qui projette de construire une cale sèche flottante au coût de 29 millions $.

«On a eu l’opportunité d’ajouter à notre centre de formation de Caraquet une deuxième cohorte de soudeurs justement pour augmenter la main-d’oeuvre en lien avec le projet qu’on espérait qui allait voir le jour», explique Michel Doucet, le directeur du CCNB – Campus de la Péninsule.

«Ça fait déjà un an qu’on travaille avec le Centre naval du Nouveau-Brunswick pour être à l’affût des opportunités de développement économique où le collège pourrait appuyer le développement de l’industrie», poursuit-il.

Une rencontre a été organisée au printemps entre les responsables d’Océan et du CCNB afin d’évaluer la capacité de formation du collège.

«Nous avons eu une excellente discussion. On est prêts à explorer avec Océan un mode de formation hybride, des formations sur mesure pour répondre à leurs besoins. On a jeté les bases du plan de formation, la prochaine étape est de s’asseoir avec le groupe pour développer un plan plus concret», précise le directeur du campus.

L’entreprise prévoit de poser ses valises dans le Nord à brève échéance.

«Ils veulent être ici à partir du mois de novembre, ils veulent embaucher au moins une dizaine de personnes au mois de novembre pour commencer à les former», souligne Michel Beaudry, le président du comité de pilotage du Centre naval du Nouveau-Brunswick.

Il rappelle que selon l’entente signée entre Océan et la province du N.-B. l’entreprise, établie notamment au Québec, prévoit embaucher localement les employés dont elle aura besoin. Ils devraient bénéficier d’une formation aux techniques d’Océan. Lors de la présentation officielle, début août, la création de 55 à 75 emplois, dans les cinq prochaines années, avait été évoquée.

«On pense être prêts d’ici novembre décembre pour engager les premiers employés qui commenceraient les travaux vers 2015. On parle d’emplois permanents, la construction de la cale, c’est un projet qui va durer de quatre à cinq ans. C’est un projet majeur, mais on entend aussi soumissionner pour obtenir d’autres contrats», annonçait alors le premier vice-président et directeur général d’Océan, Jacques Tanguay.

Même si les étudiants du collège communautaire n’ont déjà pas trop de mal à trouver du travail à leur sortie de leur formation en soudure, l’arrivée d’Océan est une excellente nouvelle pour Michel Doucet.

«Au CCNB, on sort une soixantaine de soudeurs chaque année, juste dans le nord entre Bathurst et la Péninsule acadienne on parle d’une quarantaine de soudeurs. Ils trouvent facilement du travail», soutient le responsable du collège communautaire.

S’ils n’ont pas de mal à se placer, les diplômés ne restent pas toujours dans la région pour y travailler, reconnaît le directeur du CCNB – Campus de la Péninsule acadienne.

«Malheureusement, aujourd’hui, si on fait le compte du placement des étudiants, on en perd encore un bon nombre pour l’Ouest canadien. Je suis convaincu, avec l’annonce d’Océan, que ça va nous permettre de garder des jeunes chez nous.»