CRA demande des excuses à David Alward

MONCTON – La firme Corporate Research Associates accuse David Alward d’avoir émis des propos diffamatoires à son endroit après la diffusion d’un sondage peu favorable pour le Parti progressiste-conservateur.

Les résultats du plus récent sondage trimestriel de la firme néo-écossaise plaçaient les conservateurs en deuxième position auprès des électeurs décidés ou ayant émis une préférence, 19 points derrière les libéraux.

Interrogé sur ces résultats, mardi, M. Alward a accusé la firme de «jouer à des jeux depuis des années» et d’avoir manqué le bateau avec ses prédictions en 2010, quelques jours avant le scrutin.

«Il suffit de remonter aux dernières élections. Le week-end juste avant le scrutin, ils ont dit que les résultats étaient trop serrés pour désigner un gagnant ou même que nous tirions de l’arrière. En réalité, nous avons remporté une victoire facile de 42 sièges contre 13», a mentionné le chef conservateur.

CRA a publié un communiqué de presse en fin de journée, mercredi, affirmant que ses avocats avaient «envoyé une lettre au premier ministre David Alward lui demandant de retirer les paroles qui lui ont été attribuées dans les médias hier (mardi)».

Ces propos «dénigrent la réputation de notre compagnie. CRA demande des excuses publiques pour ses propos diffamatoires», indique-t-on dans le communiqué.

Le président-directeur général de CRA, Don Mills, a indiqué au journal qu’il ne mettrait aucune option de côté si M. Alward refuse de s’excuser.

«Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre notre réputation. C’est tout ce que nous avons en tant que firme de sondage», a-t-il assuré.

«Je suis très déçu de voir que David Alward utilise sa position de premier ministre pour émettre des faussetés au sujet de notre entreprise», a déclaré Don Mills. CRA est représentée par la firme McInnes Cooper.

Une porte-parole des conservateurs a indiqué mercredi soir que le parti n’avait pas encore reçu la lettre des avocats de CRA et qu’ils ne commenteraient pas l’affaire pour le moment.

Le jour du scrutin, en 2010, le Parti conservateur a récolté 48,4 % des voix contre 34,2 % pour le Parti libéral. Une semaine auparavant, CRA avait accordé 46 % d’appuis aux conservateurs parmi les électeurs décidés et 36 % aux libéraux.

Selon les résultats de son plus récent sondage publiés mardi, les libéraux possédaient une confortable avance vers la fin août avec 48 % des intentions de vote chez les électeurs décidés ou ayant émis une préférence. Les progressistes-conservateurs ont récolté 29 % des appuis, suivis du NPD avec 17 %.

Le sondage a été réalisé par téléphone du 19 au 31 août auprès de 800 Néo-Brunswickois en âge de voter. La marge d’erreur chez les électeurs décidés est de ±4 %, 19 fois sur 20.