Étudiants internationaux: l’Université d’Ottawa n’inquiète pas l’U de M

MONCTON – Environ 320 nouveaux étudiants internationaux se sont inscrits dans les programmes francophones de l’Université d’Ottawa à la rentrée. Il s’agit d’une augmentation de 300 % comparativement à l’année dernière.

Au cours de la rentrée de 2013-2014, seulement 97 nouveaux étudiants provenant de l’international s’étaient inscrits à des programmes francophones de l’université de la capitale.

«Les résultats sont assez exceptionnels. Ç’a dépassé nos espérances. Le nombre d’étudiants internationaux venant s’instruire en français a augmenté de 300 %», a confirmé à l’Acadie Nouvelle la directrice du Bureau international de l’Université d’Ottawa, Caroline Renaud.

Cette augmentation est attribuable à une nouvelle stratégie de l’Université d’Ottawa qui vise à augmenter sa population francophone sur son campus bilingue.

L’établissement d’enseignement postsecondaire annonçait, en octobre 2013, que les étudiants internationaux désirant suivre un programme en français paieraient la même note que les étudiants canadiens. Une économie de 10 000 $ pour certains étudiants.

Il s’agit du programme d’exonération partielle des droits de scolarité pour les étudiants internationaux.C’est une stratégie contraire à celle adoptée par l’Université de Moncton qui a plutôt choisi d’augmenter les droits de scolarité des étudiants de l’étranger.

Les universités canadiennes ne reçoivent pas de subvention pour les inscriptions provenant de l’international. C’est pourquoi les étudiants de l’extérieur du pays paient plus cher que leurs collègues canadiens. Malgré tout, l’Université d’Ottawa ne compte pas perdre au change.

«C’est grâce à cette politique d’exonération qu’on a augmenté le nombre d’étudiants venus étudier en français de 300 %. On perçoit ça comme une stratégie qui nous permet d’atteindre notre objectif fondamental de maintenir une présence importante d’étudiants qui étudient en français provenant de l’international et du national», a précisé Mme Renaud.

L’Université de Moncton a majoré ses droits de scolarité pour les étudiants internationaux. Pour la rentrée 2014-2015. Ils sont passés de 9972 $ à 10 270 $.

Un étudiant international qui bénéficie du programme d’exonération à la Faculté des arts à l’Université d’Ottawa devra payer environ 6700 $ pour son année universitaire. Si ce même étudiant désire poursuivre des études en génie à la même université, il lui en coûtera plus de 9300 $, alors qu’à Moncton le prix demeure le même

C’est pourquoi l’Université de Moncton reste compétitive, selon la vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’institution acadienne, Marie-Linda Lord. Contrairement à l’Université d’Ottawa, l’établissement acadien offre de plus un environnement académique entièrement francophone, d’après la vice-rectrice.

Mme Lord soutient que le statut bilingue de l’Université d’Ottawa est «sur la ligne» et qu’elle doit absolument augmenter le nombre de ses étudiants francophones afin de conserver certaines subventions.

«Il faut comprendre les intentions de l’Université d’Ottawa. Elle veut conserver son statut d’université bilingue. C’est clair», a indiqué Mme Lord.

La stratégie de l’université ontarienne ne change en rien celle de l’établissement acadien. En fait, l’Université de Moncton soutient que le nombre d’étudiants internationaux augmentera encore cette année. Ils représentaient environ 20 % de la population universitaire l’année dernière.

L’exonération partielle des droits de scolarité pour les étudiants internationaux à Ottawa est aussi conditionnelle. Pour en bénéficier, les étudiants doivent garder une moyenne de 4,5 (sur 10) et suivre au moins trois cours en français, ce qui n’est pas toujours possible.

«Il faudra voir tous ceux qui seront en mesure de conserver cette moyenne l’année prochaine», a souligné Mme Lord.

Ils seront néanmoins environ 43 000 étudiants à fréquenter l’Université d’Ottawa cette année. Plus ou moins 4000 d’entre eux sont des étudiants internationaux et 875 poursuivent un cursus en français. Ils proviennent de 35 pays différents.

Les chiffres des inscriptions à l’Université de Moncton devraient être dévoilés à la mi-septembre.