Accusé de fraude et expulsé de son caucus, Andrew Harvey réagit

FREDERICTON – Le candidat dans Carleton-Victoria, Andrew Harvey, clame son innocence, au lendemain de son expulsion du caucus libéral par Brian Gallant. On a appris mercredi qu’il a été accusé de fraude et de production de faux documents en juillet.

«Je peux dire sans équivoque que je suis innocent de toute allégation de méfait. J’ai l’intention de me défendre vigoureusement de cette attaque non fondée à mon caractère et à ma réputation», dit-il dans une déclaration écrite.

Andrew Harvey- Archives
Andrew Harvey- Archives

Andrew Harvey fait face à deux chefs d’accusation, soit de fraude de plus de 5000 $ et de production de faux documents. Selon un document de la Cour provinciale déposé le 29 juillet, les gestes qui lui sont reprochés auraient été commis entre le 1er mai et le 31 décembre 2011.

Dans sa déclaration, Andrew Harvey remet en question le moment choisi par les procureurs de la Couronne pour déposer ces accusations.

«Les accusations sont liées à une infraction qui aurait eu lieu il y a trois ans. Je ne peux que spéculer sur la raison qui explique pourquoi ces accusations ont été déposées à ce moment, juste avant une campagne électorale provinciale dans le cadre de laquelle je me présente comme candidat.»

Deux membres de la famille d’Andrew Harvey, David Frederick Harvey et B. Fred Harvey, ainsi que les entreprises Harvey Farm & Forest, Miramichi Wreath et Shiktehawk Farms sont aussi visés par la poursuite.

Andrew Harvey affirme qu’il n’est «pas impliqué dans les opérations forestières quotidiennes du groupe d’entreprises Harvey».

Lorsqu’il a annoncé sa suspension, mercredi après-midi, Brian Gallant s’est dit déçu de ne pas avoir été mis au parfum de ces accusations, déposées le 29 juillet, soit plus de trois mois après la nomination d’Andrew Harvey comme candidat dans Carleton-Victoria. Il a qualifié le comportement de ce dernier d’«inacceptable».

Dans sa déclaration, Andrew Harvey explique qu’il ne pensait pas qu’il était nécessaire d’aviser son chef du dépôt de ces accusations, qu’il jugeait sans mérite.

«C’est en raison de cette croyance que je n’ai pas porté cette question à l’attention de notre chef, Brian Gallant, et de mes collègues candidats. Je m’en excuse sincèrement.»

Il ajoute qu’il est d’accord avec la décision de son chef de l’expulser du caucus libéral en attendant la conclusion de cette affaire. Il se dit «encouragé de l’appui qu’il a reçu de nombreux résidants de Carleton-Victoria» et qu’il est «fier d’être le candidat libéral dans cette circonscription.»

Andrew Harvey affirme qu’il va continuer à faire campagne. Il conclut qu’il a été surpris par les commentaires de David Alward.

Ce dernier a réagi avec beaucoup de prudence, mercredi, après l’éclatement de la nouvelle. Il a notamment dit que les accusations déposées contre Andrew Harvey étaient «sérieuses» et qu’il demanderait à son candidat de démissionner si une telle situation se produisait dans son parti.

«Je dois admettre que je suis en quelque sorte pris de court par les commentaires du premier ministre, (David) Alward, qui a offert sa réflexion sur cette question et j’ai été surpris d’apprendre qu’il croit que la présomption d’innocence n’a pas sa place dans notre province», affirme Andrew Harvey.