Le sénateur Paul McIntyre donne son parc au Village de Balmoral (vidéo)

BALMORAL – Le sénateur restigouchois Paul McIntyre vient de faire don à la municipalité de Balmoral du parc qu’il avait lui-même mis sur pied sur la terre de ses ancêtres et à la mémoire de ceux-ci.

Situé en bordure de l’école La Mosaïque du Nord, le parc Alfred-Victoria-DesRosiers a vu le jour en 2002. Le sénateur avait à l’époque racheté la terre où, auparavant, se trouvait la ferme de son arrière-grand-père (Alfred DesRosiers) et où a grandi sa mère (Victoria). Jeudi, M. McIntyre a confié la destinée de son parc à la municipalité de Balmoral.

«De toutes les choses que j’ai faites dans ma vie – comme ma pratique d’avocat et l’obtention de mon titre de sénateur -, la création du parc demeure certainement la plus belle. Pour moi, ce parc est comme un bébé, et aujourd’hui, j’en confie la garde et la responsabilité à la communauté. Et je suis convaincu que les jeunes seront de bons gardiens», exprime le sénateur.

Le don est important en matière de dimension, soit plus de 120 acres de terre. Une trentaine d’acres avaient préalablement été amputées du parc afin de permettre l’établissement de l’école La Mosaïque du Nord.

«J’aurais pu utiliser cette terre pour en faire un parc industriel ou encore créer une subdivision domiciliaire. J’aurais pu faire beaucoup d’argent avec ce terrain. Par contre, l’argent n’est pas tout. Depuis longtemps, j’étais nourri du désir de faire autre chose avec cette terre. Toute la question environnementale et écologique est tellement importante aujourd’hui et me tient beaucoup à cœur.»

«C’est beau parler, mais agir c’est autre chose. J’ai donc voulu faire un geste concret en transférant le parc à la municipalité», indique le sénateur.

En échange de ce don, il exige de la municipalité qu’elle respecte certaines conditions, notamment de conserver la vocation du parc, de l’entretenir, de ne pas s’en départir et de ne pas y faire de développement industriel.

Par-dessus tout, le sénateur refuse qu’on y fasse quelques travaux pour l’exploitation du gaz de schiste. Cette position ne risque-t-elle pas d’ailleurs de le mettre en mauvais terme avec ses confrères conservateurs provinciaux qui misent sur cette industrie pour se faire réélire?

«Ils peuvent développer le gaz de schiste s’ils le veulent, mais simplement pas sur mon terrain», a lancé ce sénateur sourire en coin.

De son côté, la municipalité se réjouit du don du parc et promet d’en prendre bien soin.

«C’est un moment historique pour le village», a souligné le maire de l’endroit, Charles Bernard.

«Lorsque le sénateur nous a approchés concernant un éventuel transfert, on a immédiatement accepté et adhéré aux conditions. Le seul article que nous avons ajouté à l’entente, c’est la possibilité de développer une piste d’athlétisme si l’école nous en faisait la demande, et le sénateur a accepté d’emblée, car c’est un atout pour la jeunesse. De notre côté, ce que l’on veut faire dans un premier temps, c’est de rejoindre les pistes cyclables d’Eel River Crossing et de Charlo», indique le maire.

Il ajoute que d’autres projets pourraient se greffer au parc.