Sondage CRA: Alward refuse de s’excuser

MIRAMICHI – David Alward n’a pas l’intention de présenter ses excuses à Corporate Research Associate. Le premier ministre en a rajouté, jeudi, en affirmant que la firme de sondage manquait de transparence.

«J’aimerais savoir de la part de M. (Don) Mills pourquoi sa firme est la seule que je connaisse qui refuse de dévoiler de façon transparente comment elle collecte ses données de sondage et la façon dont elle fait ses recherches», a déclaré le chef des progressistes-conservateurs lors de sa rencontre quotidienne avec la presse.

À son avis, «depuis plusieurs élections, M. Mills trouve le moyen de sous-estimer les appuis au Parti progressiste-conservateur».

Le président-directeur général de CRA a envoyé une lettre au premier ministre via ses avocats, mercredi, demandant à M. Alward de retirer les «propos diffamatoires» qu’il avait émis la veille après la publication d’un sondage peu favorable pour les progressistes-conservateurs.

«Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre notre réputation. C’est tout ce que nous avons en tant que firme de sondage», a mentionné Don Mills au journal, mercredi.

«Je suis très déçu de voir que David Alward utilise sa position de premier ministre pour émettre des faussetés au sujet de notre entreprise», a-t-il dit.

Après avoir appris la réponse du premier ministre, jeudi, M. Mills a indiqué qu’il attendait d’avoir des nouvelles de ses avocats avant de décider de la prochaine étape. Il a déploré que M. Alward ait décidé d’en rajouter au sujet de sa firme.

Don Mills a affirmé qu’il était prêt à dévoiler sa méthodologie à quiconque le demandait et il a assuré que CRA suivait tous les «standards nationaux.»

Le PDG a également vanté le bilan de sa firme en matière de sondages électoraux.

«À ma connaissance, nous n’avons jamais eu de résultats à l’extérieur de la marge d’erreur. En 2010 nous étions à 1% d’écart avec les résultats de l’élection», a rappelé M. Mills.

Le sondage de mardi accordait une avance de 19 points aux libéraux à la fin août avec 48 % des intentions de vote parmi les électeurs décidés. Les conservateurs récoltaient 29 %, suivis des néo-démocrates avec 17 %.

Peu après la diffusion du sondage, M. Alward a accusé CRA de «jouer à des jeux depuis des années».

«Il suffit de remonter aux dernières élections. Le week-end juste avant le scrutin, ils ont dit que les résultats étaient trop serrés pour désigner un gagnant ou même que nous tirions de l’arrière. En réalité, nous avons remporté une victoire facile de 42 sièges contre 13», a-t-il raconté aux médias.

Le jour du scrutin, en 2010, le Parti conservateur a récolté 48,4 % des voix, contre 34,2 % pour le Parti libéral. Une semaine auparavant, CRA avait accordé 46 % d’appuis aux conservateurs parmi les électeurs décidés et 36 % aux libéraux.

La caravane des conservateurs a passé la plus grande partie de la journée dans la région de Miramichi, jeudi. En raison du redécoupage de la carte électorale, leur candidat local dans Miramichi, le ministre Robert Trevors, affronte un populaire député libéral, Bill Fraser. L’ancien député conservateur Michael (Tanker) Malley est également dans la course à titre de candidat indépendant.