La «fille de Robertville» devient lieutenante-gouverneure

FREDERICTON – L’assermentation officielle de la 31e lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick s’est faite sous haute surveillance, jeudi, à Fredericton, au lendemain de la fusillade d’Ottawa. Jocelyne Roy-Vienneau a promis de consacrer son mandat à la promotion des arts, de l’éducation et de la santé mentale.

Celle qui était jusqu’à tout récemment la vice-rectrice de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, a prêté serment devant un parterre de dignitaires réunis à l’Assemblée législative. Mme Roy-Vienneau succède à Graydon Nicholas dont le mandat s’est terminé cet automne.

«Étant une fille de Robertville, née il y a 58 ans, je n’aurais jamais rêvé que je pourrais être assise ici sur le point de commencer l’aventure d’une vie», a déclaré la première femme francophone à accéder à ce poste dans la province.

L’Assemblée législative était toujours fermée au public, jeudi, après la fusillade de la veille au Parlement canadien. Seuls ceux qui avaient été invités à la cérémonie ont pu y assister.

Des mesures de sécurité supplémentaires avaient été prises par le sergent d’armes, Daniel Bussières, en prévision de la cérémonie. Au moins un agent de la GRC a été aperçu dans l’enceinte de l’édifice vêtu d’un gilet pare-balles et portant une arme de gros calibre.

La nouvelle représentante de la reine au Nouveau-Brunswick a indiqué vouloir faire des arts, de l’éducation et de la santé mentale les éléments centraux de son passage à Fredericton.

«Je veux soutenir et encourager les arts dans toutes les régions. Notre province à la chance d’avoir tant de merveilleux artiste.»

Ingénieure industrielle de formation, Mme Roy-Vienneau a consacré la majorité de sa carrière à l’éducation au sein du CCNB, puis de l’Université de Moncton. «La littératie et l’éducation seront des priorités durant mon mandat», a-t-elle dit.

Citant la fusillade de juin à Moncton et ses conséquences pour ceux qui ont vécu l’événement, la lieutenante-gouverneure a dit vouloir profiter de ses nouvelles fonctions pour «faire la promotion de la santé mentale».

«Il est temps de commencer à parler davantage de notre santé mentale collectivement et de ce que ça signifie d’atteindre l’équilibre dans nos vies.»

Les ex-lieutenants-gouverneurs Herménégilde Chiasson et Marilyn Trenholme Counsell ont également assisté à l’événement.

Les responsables de la sécurité sont demeurés discrets durant la cérémonie. Le premier ministre Brian Gallant a confié après coup qu’on avait envisagé dans les coulisses du gouvernement la possibilité de reporter l’assermentation en raison de l’attentat à Ottawa.

«Nous avons eu des discussions, mais le consensus était évident que l’on devait continuer. Nos pensées et nos prières sont avec les familles, mais nous devons continuer à montrer que la démocratie est vibrante, ici, au Nouveau-Brunswick», a-t-il dit tandis que les agents de la GRC chargés de sa sécurité l’observaient du coin de l’œil. En général, les gardes du corps du premier ministre ne le suivent pas dans l’édifice de l’Assemblée législative.

Gallant s’est dit impatient de travailler avec nouvelle lieutenante-gouverneure.

«J’étais très heureux d’entendre dans son discours que l’alphabétisation et l’éducation seront une priorité qu’elle essaiera de faire avancer. Je suis très heureux qu’elle ait accepté de devenir lieutenante-gouverneure.»

Durant la cérémonie, le fils de Jocelyne Roy-Vienneau, le chanteur Cédric Vieno, a interprété sa nouvelle chanson, J’t’aime, but I got to go. Il était accompagné par le musicien Jonah Haché.

Le titulaire du poste de lieutenant-gouverneur est choisi par le gouverneur général sur recommandation du premier ministre du Canada pour un mandat de cinq ans. Stephen Harper avait annoncé la nomination de Mme Roy-Vienneau durant le Congrès mondial acadien, à Edmundston, en août. Un comité consultatif de cinq membres avait été mis en place pour dénicher des candidats.