CARAQUET – Déplacement Péninsule ambitionne de pallier l’absence de transports en commun dans la Péninsule acadienne en mettant en relation des conducteurs bénévoles et des personnes qui ont besoin d’être conduites à un rendez-vous chez le médecin, le pharmacien ou pour faire leur épicerie.

Cette initiative du Réseau d’inclusion communautaire de la Péninsule acadienne pourrait se concrétiser au début de l’année prochaine, espère la coordonnatrice du projet, Mélissa Basque. Il s’agit d’ici là de recruter le maximum de chauffeurs prêts à donner de leur temps pour rendre service à ceux qui n’ont pas de véhicule ou dont l’état de santé les empêche de conduire.

«Dès qu’on aura un nombre suffisant de conducteurs et de conductrices bénévoles, on pourra procéder au lancement officiel et offrir le service à la population», explique Mélissa Basque. Elle évalue à au moins une vingtaine de bénévoles les besoins pour commencer et surtout couvrir toutes les régions de la Péninsule.

«Cela concerne les gens qui n’ont pas de moyens de transport, que ce soit une personne qui n’est plus à l’aise pour conduire, quelqu’un qui n’a pas de véhicule, tous ceux qui ont besoin de se déplacer pour un besoin essentiel, on ne va pas aller trop large non plus.»

Pas question, par exemple dans l’immédiat, qu’un tel service soit proposé pour conduire les gens au restaurant ou prendre un café.

«Ce n’est pas notre priorité tout de suite (…) le service concerne les besoins essentiels, aller à l’épicerie, un rendez-vous médical, aller à la pharmacie, l’éducation, le travail», précise la coordonnatrice en expliquant que ce service n’est pas seulement dédié aux personnes âgées ou celles à faibles revenus.

«Oui, ça peut être pour ce public-là, mais pas uniquement. Ça peut concerner aussi des familles monoparentales, des familles qui ont un seul véhicule, qui est utilisé pour aller travailler, ça couvre un peu tout le monde.»

Le service ne sera pas gratuit. Les futurs utilisateurs devront payer une contribution en fonction du nombre de kilomètres à parcourir. Le coût précis sera annoncé au lancement du service, prévient Mélissa Basque. «Mais cela restera moins cher que d’avoir son propre véhicule», prévoit-elle.

Étant donné que les conducteurs bénévoles vont utiliser leur véhicule personnel pour offrir le service, Déplacement Péninsule procédera aux vérifications nécessaires afin de s’assurer que le véhicule est bien couvert et que le conducteur a un permis valide et un bon dossier de conduite.

Le conducteur, quant à lui, se verra proposer une indemnité pour «rembourser une partie des frais de carburant», précise Mélissa Basque.

«On conseille aux conducteurs bénévoles de prévenir leur compagnie d’assurances même s’ils font ça bénévolement et occasionnellement, ce n’est pas un travail», poursuit-elle.

Ceux qui veulent devenir conducteurs bénévoles peuvent joindre Déplacement Péninsule par courrier électronique (info@deplacementpeninsule.ca) ou en téléphonant directement à la coordonnatrice Mélissa Basque (727-2012).

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle