Entretien des routes: le ton monte

FREDERICTON – À la suite de plaintes du public, le gouvernement durcit le ton à l’égard des entreprises privées responsables de l’entretien de la Transcanadienne.

Des amendes allant jusqu’à 10 000 $ par jour pourraient leur être imposées si elles sont prises en défaut, prévient le ministre du Transport et de l’Infrastructure, Roger Melanson.

Le gouvernement a reçu des plaintes du public quant à l’entretien de la Transcanadienne lors des tempêtes de neige survenues en novembre.

Une porte-parole aux communications du ministère du Transport et de l’Infrastructure a laissé entendre que les commentaires négatifs ne concernaient que la section de la Transcanadienne entre Long’s Creek et les frontières du Québec, dont l’entretien est la responsabilité de la compagnie Brun-Way.

Plus tôt cette semaine, le ministre Melanson a averti la compagnie privée d’améliorer sa performance à défaut de quoi elle pourrait subir des sanctions. Des amendes pourraient lui être imposées si l’entretien n’est pas approprié et ne répond pas aux critères établis dans son contrat. Il a été impossible de parler au ministre.

Dans un quotidien anglophone, le ministre Melanson a précisé avoir écrit à la compagnie pour lui faire part de l’insatisfaction du gouvernement quant à l’entretien de cet tronçon de la Transcanadienne. Selon lui, la compagnie a expliqué que le travail a été effectué avec l’équipement à sa disposition à ce moment. Deux solutions sont possibles, selon lui, soit une amélioration du service ou encore l’imposition de mesures punitives.

Son ministère entend suivre de près la situation. Il est important, selon M. Melanson, que le déneigement se fasse dans des délais raisonnables pour que la chaussée asphaltée soit dégagée le plus rapidement possible.

Trois compagnies privées sont sous contrat avec le gouvernement pour l’entretien de la Transcanadienne à quatre voies dans la province. La menace d’imposer des sanctions concerne chacune d’entre elles, a-t-on précisé.

Une pétition a été lancée en ligne pour exiger une amélioration du service d’entretien offert par Brun-Way durant l’hiver.

Brun-Way reconnaît avoir eu des difficultés

La compagnie Brun-Way reconnaît que les deux premières tempêtes de neige survenues dans la Vallée du Haut-Saint-Jean en novembre ont été problématiques.

Selon une porte-parole de la compagnie, Felicia Murphy, les pannes d’électricité, des bris mécaniques et la congestion routière ont entraîné des délais additionnels dans les travaux de déneigement. L’entreprise se doit de respecter les exigences d’entretien des routes pendant et après une tempête.

La compagnie dit prendre au sérieux ses responsabilités afin d’offrir le meilleur service possible. L’entreprise a rappelé que l’hiver 2013-2014 s’est avéré l’un des pires en 10 ans pour ce qui est des précipitations. Malgré tout, elle soutient que le temps moyen de dégagement complet de la chaussée après une tempête s’est établi à cinq heures, un temps inférieur aux exigences contractuelles du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

«Nous travaillons fort pour apporter les ajustements nécessaires et préparer des plans d’urgence efficaces pour faire face à des circonstances comme celles des récentes tempêtes. Nous maintenons des communications continues avec le ministère du Transport et de l’Infrastructure concernant ces mesures», a expliqué Mme Murphy dans un courriel envoyé à l’Acadie Nouvelle.